logo-empulsiv-2019

Interview à EMpulsiv sur Equinoxe Infinity (2018)

(Article traduit de l’allemand par AerozoneJMJ) Il y a des musiciens qui sont avec nous depuis toute une vie et qui ont non seulement écrit l’histoire avec leur musique, mais qui ont été et sont toujours la raison pour laquelle des millions de personnes sont devenues fan de musique électronique. Jean-Michel Jarre n’a probablement pas été seulement une introduction, mais aussi un modèle à suivre pour de nombreux artistes qui utilisent des instruments électroniques à clavier. Il n’a pas perdu son aura et sa signification, même après 50 ans de musique et publié après le double disque “Electronica”, le troisième Oxygene, un autre best-of, Planet Jarre. Equinoxe Infinity est sorti à la fin de 2018 et poursuit l’histoire du ou des observateurs qui, il y a presque exactement 40 ans, ont jeté un regard fascinant sur un album tourné vers l’avenir. Mais qui tient le nouvel album dans les mains, voit tout de suite que ce n’est alors pas une suite typique, mais plutôt qu’il ne reprend que l’idée de l’observation. Jarre décrit ainsi une conception de la façon dont le sujet évoluerait probablement sur une longue période et de la manière dont on devrait aujourd’hui traiter de la technologie, de la surveillance ainsi que des atteintes aux médias et à l’environnement.

Bien entendu, la musique d’Equinoxe Infinity est très “jarresque” et ne surprendra pas complètement la plupart des auditeurs. Ce qui diffère ici de ses productions précédentes est la profondeur de certaines chansons. L’album est plus variable et plus contrasté qu’Oxygene 3 et montre que Jean-Michel Jarre se permet toujours des changements dans sa musique à l’âge de 70 ans. Bien sûr, l’album actuel soulève la question de savoir pourquoi il utilise encore un thème supposé ancien. Est-ce une stratégie marketing? Est-ce la recherche éternelle du perfectionnisme et l’obligation de maîtriser musicalement le passé? Ou même l’envie de renvoyer les expériences et les possibilités technologiques d’aujourd’hui à la fin des années 70? Peut-être un peu de tout ça. Une chose est sûre, Jarre semble travailler en permanence sur sa musique, réfléchit et vit pour elle. Il est avant tout musicien plutôt qu’autre chose. Cela se voit immédiatement quand il parle de ses idées et de la musique. Bien sûr, il est utile que vous soyez un musicien vous-même pour lui poser des questions.


Pendant un long entretien, j’ai rencontré Jarre à Düsseldorf et lui ai parlé de l’homme, des machines et de ses possibilités. Non seulement il est un grand dans le monde des synthétiseurs avec sa musique, mais c’est également une personne très sympathique, parce que vous rencontrez rarement des stars mondiales de son calibre, qui soit en même temps une personne aussi amicale, courtoise et intéressée. Mon impression était que Jarre n’avait rien perdu de la jeunesse de son esprit.

BoxElectronica_1

Certains ont peut-être considéré cela comme un concept essorant lorsque Jarre a parcouru le monde pour créer les 2 albums Electronica. Avec un peu de recul, j’aimerais réviser ce préjugé. Quand Jarre parle de rencontrer les autres artistes à propos d’Electronica 1 & 2, décrivant cinq années de travail et imaginant l’énergie dont il a dû faire preuve pour trouver un consensus musical maintes et maintes fois, une raison purement économique semble très futile. Il est très crédible quand il parle du moment où il se sentait malade, certains de sa famille la plus proche sont décédées et il s’est interrogé sur le sens de la musique. La voie logique semble alors être de rassembler ses musiques, de rendre visite à de nombreux musiciens qui l’intéresse et de réaliser que chacun d’entre eux avait un grand désir de faire quelque chose avec lui. Le fait que cela puisse libérer beaucoup d’énergie et que Jarre en profite encore aujourd’hui, il en est probablement le plus surpris.

La conversation n’a pas seulement été très fructueuse pour moi en tant qu’intervieweur, elle a également montré que l’âge n’a pas d’importance, tant que vous conservez l’inspiration. Il peut et devrait être reconnaissant pour son rôle de pionnier de genre de longue date car, même involontairement, son orientation électro-pop plus commerciale a également fourni à de nombreux autres artistes un excellent catalogue qu’ils pourraient utiliser pour leur propre travail.

Je suis sûr qu’il y aurait moins de réfractaires à son style en Allemagne si Jarre n’était pas devenu si populaire avec sa musique. Bien évidemment, le genre électronique a beaucoup changé au fil des décennies et Jarre semble être resté sur sa propre planète. Mais n’est-il pas semblable à des artistes comme Kraftwerk, Vangelis, Yello et Tangerine Dream ? N’est-ce pas ce qui fait le succès de ces pionniers? Raison suffisante pour remettre cela en question(s) une fois de plus.

equinoxe-infinity-green-text

EMpulsiv: Jean-Michel, lorsqu’on entend Equinoxe Infinity pour la première fois, on remarque que cela se développe de bout en bout comme une bande son d’un film qui n’existe pas. Est-ce que cela a été pensé depuis le début? 
Jean-Michel Jarre: Oui, Equinoxe Infinity est un album sur les deux faces d’un futur possible. D’une part, le côté obscur contrôlé par des machines et les actes de destruction et, d’autre part, le côté positif, dans lequel nous formons une unité harmonieuse avec la nature et la technologie. Dès le début, j’ai eu l’idée de laisser la fin ouverte et d’offrir à l’auditeur deux options. 

Comment est née l’idée de l’album? 
L’image de l’observateur (remarque: les jumelles de Michel Granger) m’a toujours fasciné et, à un moment donné, j’ai réfléchi à la façon de continuer l’histoire et son sens 40 ans plus tard. J’ai ensuite réalisé diverses idées graphiques avec un artiste de Prague, Filip Hodas, puis commencé à composer la musique. C’est la première fois que le visuel était présent en premier. (Remarque: vous pouvez acheter deux versions graphiques de pochette de CD différentes) 

Pourquoi n’avez-vous pas choisi un côté sombre ou positif spécifique?
D’une part, je ne sais pas ce que l’avenir est réellement, et d’autre part, je veux laisser l’auditeur décider lui-même de la manière de voir et éventuellement d’influencer l’avenir. 

Que signifie le terme “Infinity” dans Equinoxe Infinity?
Il représente un futur possible dans lequel nous pourrions disparaître de la planète et tout laisser derrière nous. Bien sûr, il faut aussi savoir comment nous allons traiter toute cette technique, comment nous en sommes influencés et comment nous devrions gérer les changements.

Bien sûr, vous utilisez beaucoup de technologie, à la fois ancienne et nouvelle, comment les voyez-vous?
J’aime les deux. J’apprécie vraiment le son typique et les options sonores d’anciens appareils et je m’intéresse également aux nouveautés, aux plugins et aux autres outils logiciels. Actuellement, je travaille beaucoup avec Ableton avec lequel j’ai aussi mis en œuvre de nombreux projets antérieurs. Il est si facile de voyager sans trop de matériel et d’utiliser la technologie à tout moment. Cela a également été très utile pour les deux albums d’Electronica, par exemple. Bien sûr, je continue à travailler avec Pro Tools, mais je trouve de plus en plus que je suis limité. Ableton a une qualité de rendu fantastique, ce qui m’a donné des résultats encore meilleurs que ceux de Pro Tools. Actuellement, nous utilisons également Ableton pour une utilisation sur scène et devons toujours le combiner avec la technologie des visuels. Ce n’est pas si facile, cependant.

L’ordre des pistes est-il vraiment important pour vous et comment les définissez-vous? 
C’est un choix que j’intègre assez tôt. Ainsi que le mixage final qui survient souvent directement lors de la composition. En attendant, de tels processus font déjà partie du processus de création des chansons. Fondamentalement, je travaille toujours avec d’autres personnes impliquées dans la production. Nous ne faisons pas que nous consulter mais finalisons l’album.

Ce processus est-il très serré dans le temps? 
Oui, il y a toujours une pression temporelle. Cette fois, cependant, j’ai eu la chance d’obtenir quelques semaines de plus, car la date limite pour l’album était reportée de quelques semaines. J’ai finalement pu faire du bon travail sans la contrainte de temps habituelle, mais sans changer une note. C’est génial d’avoir un peu de temps. D’habitude je suis toujours en retard (rires). En gros, je trouve toujours cela très utile quand on a le temps de revoir des morceaux avec un peu de distance. Cela répond souvent à la question: est-ce vraiment bon ou était-ce simplement l’ambiance dans laquelle je l’ai produit ou composé? 

En particulier, le travail passé avec les autres artistes d’Electronica vous a-t-il inspiré pour l’album en cours? 
Oui surtout que j’ai beaucoup appris et ai pu élargir mes horizons personnels. C’était après un moment où je ne me sentais pas toujours bien. J’ai eu à faire face à des revers personnels dus à la perte de mes proches et j’étais incapable de produire une seule note. Les albums Electronica m’ont également beaucoup aidé à voyager et à travailler directement avec les autres musiciens. Bien sûr, chaque expérience vous apporte quelque chose pour les projets à venir. 

Vous avez été extrêmement productif ces dernières années. Quel était le déclencheur pour cela? 
Oui c’est vrai, 5 albums en 3 ans, c’est assez extraordinaire. J’ai eu beaucoup de retard à rattraper après la longue pause que je me suis imposé et je me suis rendu compte qu’il y avait énormément d’idées et beaucoup de créativité en moi. Les albums Electronica étaient presque comme un rajeunissement pour moi et m’ont motivé à continuer à ce rythme. 

Quelle a été votre collaboration avec Tangerine Dream alors? 
Elle était très spéciale. J’adore la musique de Tangerine Dream. J’étais très triste d’apprendre le décès d’Edgar Froese. C’était l’un de ses derniers morceaux. J’espère sincèrement, mais je suis à peu près sûr, que la formation actuelle de Tangerine Dream continuera d’avoir autant de succès et continuera ses idées. Ils sont l’un des groupes les plus importants de l’ère des pionniers allemands, sans lesquels il n’y aurait probablement pas beaucoup de genres de musique électronique aujourd’hui. C’était semblable à la France, où il y avait des développements similaires dans les années 70 et 80. Pour moi, c’est toujours un privilège spécial d’en faire partie aujourd’hui. 

Avez-vous parfois peur de perdre votre énergie? 
Bien sûr, je suis comme tout autre humain et mon temps est limité. En ce moment, je me sens mieux que jamais et je suis heureux des nombreuses bonnes choses qui se passent. 

Est-il prévu de continuer la série Electronica? 
Oui, je continuerai comme projet parallèle. Actuellement, les premiers plans ont commencé et nous espérons à nouveau pour une coopération très constructive et fructueuse avec divers artistes. 

Que diriez-vous, par exemple, Jon Hopkins ou Imogen Heap? 
Ce serait très excitant, je vois que nous avons le même goût (rires)!

Vous avez également déclaré que vous travaillez sur un livre et planifiez une tournée? 
Oui c’est vrai, mais ce ne sera pas une pure biographie. Mais je ne veux pas en révéler plus. Une tournée est également dans la planification. Bien sûr, je suis impatient de le faire aussi. 

Il me semble que vous ne prendrez pas votre retraite prochainement! 
Non (rires), la musique est pour moi un sport et il n’y a pas de raison de s’arrêter dans des moments aussi excitants. Il y a encore tant à raconter et tant de choses que je veux toujours mettre en musique.


Interview par Stefan Heritage / Article en allemand

 

 

Article lu 73 fois