Rouveyrollis_1

Jacques Rouveyrollis (1979-1995)

Jacques Rouveyrollis est certainement l’éclairagiste de spectacles le plus célèbre de France depuis 50 ans. Son CV de 25 pages (sic !) donne le vertige : concerts de près de 150 chanteurs et groupes, autant de pièces de théâtre, 80 spectacles musicaux, 25 opéras, spectacles de 30 humoristes, des ballets, des émissions TV, des expos, des conventions…

Jacques Rouveyrollis est né en 1945 à Grenoble. Il débute à 20 ans pour le groupe Les Jelly Roll avant de collaborer avec Michel Polnareff pendant 8 ans. Il éclaire ensuite la scène de la variété française des années 70, dont Mike Brant, Joe Dassin, Johnny Hallyday, ainsi que Christophe pour son fameux Olympia de 1974. Dans les coulisses, son parolier, Jean-Michel Jarre, retient le travail de l’éclairagiste, qu’il appelle à le rejoindre quand il monte son spectacle multi média à La Concorde pour le 14 Juillet 1979.

Rouveyrollis2

Une longue collaboration suit alors puisque Rouveyrollis va mettre en lumières tous les méga shows du compositeur pendant 10 ans entre le fameux Houston, en 1986, et le concert à la Tour Eiffel, en 1995. Ses éclairages se mêlent habilement à la musique, aux projections d’images géantes, aux feux d’artifices. Vu le format, il a recours aux projecteurs les plus puissants du moment, y compris du matériel utilisé dans la D.C.A. !

“Dans un concert normal, il y des structures de lumières qui délimitent un cadre de scène à I’italienne ; là, lorsqu’on s’est aperçu de I’ampleur, on s’est aperçu qu’on faisait un concert du 21ème siècle, on s’est aperçu qu’on n’était plus dans les normes humaines, on n’avait plus de comparaison !”

A noter qu’il a aussi collaboré avec Didier Marouani en URSS en 1983, ainsi qu’avec Cerrone pour plusieurs de ses spectacles entre 1988 (Tocadéro) et 2007 (Olympia).

En 1983, Rouveyrollis rencontre Jean-Luc Tardieu qui le convainc de travailler pour le théâtre : une révélation ! Pièces et spectacles musicaux vont s’enchaîner avec Jérôme Savary, Jean-Luc Moreau, Alfredo Arias, et tant d’autres. Il obtient le Molière de la meilleure lumière à deux reprises en 2000 et en 2002. Dans les années 90, il entre dans le monde de l’opéra qui l’amène à éclairer des lieux prestigieux comme le Colisée de Rome, ou démesurés comme le Stade de France.

Et que ceux qui croient que le maître est dans une semi-retraite se détrompent : il vient de signer les lumières des dernières tournées marathon d’Eddy Mitchell (2010-2011), de Michel Sardou (2012-2013), et, bien sûr, du fidèle Johnny (2012) dont il a éclairé la quasi totalité des prestations depuis 40 ans !

Site officiel : http://rouveyrollis.com/nwp/

::Participations aux concerts ::

Nombre de consultations de cet article : 953