Jean Michel jarre, défenseur historique du droit d'auteur

Jean Michel Jarre, défenseur historique du droit d’auteur

Jean Michel Jarre a toujours été de longue date en première ligne pour défendre les droits d’auteur dans la musique enregistrée, et par-delà, la juste reconnaissance de tous les artistes à vivre des fruits de leur travail.

Voici quelques jalons dans cette quête d’un meilleur équilibre entre créateurs, producteurs et consommateurs à travers quelques dates-clés.

1997

En 1997, c’est le début de la prolifération des fichiers MP3 sur les sitesinternet. Mais il n’est alors pas encore question de partage. InterDeposit a confié à l’APP (Agence pour la proteçtion des droits) Paris la mission de constater les atteintes aux droits de propriété intellectuelle.

Dans un communiqué, Francis Dreyfus Music et Jean-Michel Jarre, co-éditeurs des oeuvres composées par J-M. Jarre, demandent à l’APP de procéder aux constats de la reproduction et de la diffusion de tout ou partie de leurs oeuvres sur Internet.


1998

De 1998 à 2000, Jean Michel devient porte parole de l’IFPI. L’International Federation of the Phonographic Industry (IFPI) est un organisme international chargé de faire respecter, dans le monde entier, les droits d’auteur de l’industrie du disque (droits voisins). Il attribue aussi des distinctions pour les plus gros vendeurs de disques.


2000

Communiqué de presse de l’IFPI, le 2 mai 2000

“En tant que champion pour les artistes et l’industrie de la musique, Jarre an dernier a rallié des centaines de musiciens les plus connus de l’Europe dans une pétition au Parlement européen sur la proposition de directive du droit d’auteur UE. Il a été rejoint par The Corrs à des réunions avec des députés européens au siège du Parlement à Strasbourg. L’intervention des artistes aidé amendements sécuritaires susceptibles de renforcer la protection des artistes contre le piratage dans l’environnement numérique.

Jean Michel Jarre a déclaré: «Je suis très heureux d’avoir été un porte-parole des préoccupations des artistes et des musiciens en Europe au cours des deux dernières années, ceci est un moment très important pour les artistes, qui ont besoin de connaître leur créativité seront protégés et récompensés. à l’ère de l’Internet. Je suis ravi de savoir que mon travail sera pris en charge par un tel groupe impressionnant de musiciens comme The Corrs. Ayant travaillé avec eux, à la fois musicalement et dans notre pétition au Parlement européen, je sais qu’ils vont être d’excellents ambassadeurs pour leurs collègues artistes “.

Jay Berman, président-directeur général de l’IFPI a dit: «Jean Michel Jarre a utilisé son statut comme l’un des musiciens les plus performantes du monde pour défendre les droits de tous ceux qui voudraient suivre ses traces de l’industrie musicale de l’Europe a une dette énorme pour lui.. “


 2002

10 juillet 2002, Jean Michel Jarre, a rejoint les chefs de l’industrie du disque aujourd’hui à Bruxelles pour exhorter les sensibiliser davantage le public des dommages causés par la vigueur de l’idéologie “Music gratuite”. Ils parlaient comme des artistes et des leaders de l’industrie de la musique de toute l’Europe se sont réunis à Bruxelles pour le 4ème IFPI Platinum Europe Awards célébrant la réussite des artistes qui ont vendu un million d’albums ou plus en Europe.

Jarre sera ce soir l’hôte de la cérémonie, dans laquelle le vice-président de la Commission européenne Neil Kinnock présentera des prix spéciaux à l’italienne star de l’opéra Luciano Pavarotti, ainsi que le musicien irlandais et militant Bob Geldof. (…)

Jarre a déclaré: «Je suis un grand croyant dans la valeur de la musique et le rôle essentiel qu’elle doit jouer dans la culture européenne Le talent et la créativité de nos artistes est célébrée partout dans le monde, mais ce succès ne doit pas être pris pour acquis… Si la musique est de continuer à soutenir les moyens de subsistance des artistes, elle ne peut être prise sans l’autorisation des artistes “. Il a ajouté: «Les gouvernements peuvent aider à soutenir la musique européenne par la promotion de la sensibilisation du public que lorsque les gens prennent musique qui ne leur appartient pas, ils sapent l’avenir de ces mêmes artistes dont le travail que vous appréciez L’UE pourrait également montrer son soutien à l’industrie du disque. en abaissant le taux de TVA sur les CD. musique devrait être traité de la même manière que les autres biens culturels qui bénéficient de taux de TVA “.


 2003

IFPI- Discours de Jean-Michel Jarre au nom de la Coalition TVA, à Bruxelles, le 7 octobre 2003

“Je voudrais remercier la Commission économique et monétaire de m’offrir une opportunité de parler d’un sujet proche à mon cœur – la musique et son rôle vital pour la culture européenne. Aujourd’hui je m’adresse à vous au nom de la coalition TVA qui représente diverses organisations de tout le secteur musical : des auteurs, compositeurs, éditeurs de musique, artiste-interprètes, aux managers d’artistes, aux maisons de disque indépendantes et aux majors, aux détaillants du disque et aux sociétés collectives. Mais je suis par-dessus tout ici en tant qu’artiste car je suis convaincu de la valeur de la musique. Ici au Parlement européen, il semble que l’on dise une évidence en affirmant que la musique est une composante essentielle de la vie culturelle en Europe. Cependant, cette simple constatation doit encore être réaffirmée car la politique fiscale de l’Union européenne ne reflète en rien l’importance culturelle de la musique. En Europe, apprécier la musique est fortement ancré dans nos racines. Les artistes européens, dont certains m’ont rejoint à une conférence de presse ce matin, produisent une fascinante variété de musique, du classique à la techno, du folk au hard rock. En bref, la musique est un domaine dans lequel l’Europe excelle. Et pourtant, dans l’Union européenne d’aujourd’hui, les taux de TVA appliqués aux enregistrements sonores varient de 15 % au Luxembourg à 25 % au Danemark et en Suède. D’un autre côté, des produits culturels comme les livres, les magazines et les journaux, ainsi que les tickets de théâtre, de cinéma et de concerts, bénéficient, eux, d’un taux réduit de TVA à partir de 5 %. Et donc, je vous demande pourquoi un magazine pornographique devrait bénéficier d’un taux de TVA réduit quand l’enregistrement d’une symphonie de Mozart n’en bénéficierait pas ? Cette situation n’a aucun sens. L’Union européenne devrait saisir l’opportunité de mettre fin à cette discrimination culturelle contre la musique, en incluant les enregistrements sonores sur la liste révisée des produits éligibles à une réduction de la TVA. La différence de traitement des enregistrements sonores en comparaison d’autres produits culturels ne trouve aucune justification.Je ne suis pas le seul à penser cela. Plus de 1300 artistes, compositeurs et auteurs de chansons de toute l’Europe ont signé des pétitions appelant à une réduction de la TVA sur les enregistrements sonores.De nombreux artistes majeurs de la pop-rock ont signé, y compris Elton John, Patrick Bruel, Carla Bruni, Eros Ramazotti et Julio Iglesias, pour n’en citer que quelques-uns. Les artistes du classique qui ont signé les pétitions comprennent Cecilia Bartoli, Andrea Bocelli, Pierre Boulez et Anne-Sophie Mutter.”


2009

Jean Michel Jarre rencontre Rachida Dati, le 25 novembre 2009 à Strasbourg, en tan que porte parole de la fédération nationale de l’industrie du disque. Il est venu en discuter avec elle de la protection des droits d’auteur au niveau européen.


2011

En 2011, Jean Michel Jarre émet des réserves sur le volet répression de la loi française Hadopi, et réclame des taxes plus importantes sur les fournisseurs d’accés.


2013

En 2013, Jean Michel Jarre est recommandé à l’unanimité pour la présidence du CISAC. Du 4 au 5 juin 2013, le CISAC se réunit à Washington pour le World Creator Summit, avec 140 spécialistes du droit d’auteur. Il y donnera la conférence suivante :

“Les créateurs prennent peu à peu le devant de la scène dans les débats sur le copyright. La promotion d’une cause qu’ils croient, les créateurs se lèvent pour leurs droits et présenter un front uni sur la nécessité de protéger leurs créations. Dans son Keynote, le pionnier de la musique électronique Jean-Michel Jarre donnera un aperçu de l’importance pour les créateurs de promouvoir les droits des auteurs, le respect de leurs œuvres, une rémunération équitable et la liberté de créer.”

 

 

 

 

Nombre de consultations de cet article : 356