Quasimidi-the-raven

Quasimidi The Raven (1995)

Quasimidi The Raven (1995)Commercialisé en 1995 par la défunte société allemande Quasimidi, cet excellent synthétiseur était clairement dédié aux productions électroniques d’alors (techno, ambient, dance) et propose en ce sens tout un tas de focntionnalités liées à la production de ces genres de musique, à savoir la création “live”.

Basé sur un moteur de synthèse maison appellé M.A.S.S, l’instrument possède 512 sons “purement électroniques” de toutes sortes (basses, leads, pads, effets) ainsi que des “drum kits” basés sur des échantillons de boites à rythmes emblématiques de la scène électro/dance (notamment les célèbres Roland CR78/ TR808 /TR909). Le filtre utilisé est résonnant à -24db et typique des productions allemandes : puissant et précis, et bien meilleur que les filtres japonais, par exemple, souvent considérés comme trop “numériques”.L’instrument possède deux multi-processeurs d’effets (capables de générer simultanément plusieurs effets – reverb, écho, phaser, flanger, distorsion et autres…).

Mais le coeur de l’instrument, ce qui le rend si particulier et si atypique, c’est son séquenceur dit “interactif”. Pouvant contenir 400 patterns (ou “motifs”) programmables, la particularité tenait dans le fait que ces patterns pouvaient être déclenchés et transposés sur la clavier, à l’instar d’un arpégiateur par exemple, mais avec des possibilités de jeu totalement inédites – et parfois difficiles à maîtriser.

Le Raven a connu un succès hélas très relatif, mais a séduit notamment Klaus Schulze, un vrai fan de la marque. Jean-Michel Jarre l’a utilisé sur “Oxygène 7-13”, notamment les séquences d’ “Oxygène 10”. Dans une interview à Keyboards France sortie à cette époque, il avait raconté qu’il avait poussé le Raven dans ses derniers retranchements jusqu’à le faire bugger.

Article rédigé par Knarf the Dwarf.

Nombre de consultations de cet article : 383