Kurzweil k2000

Kurzweil K2000 (1991)

Kurzweil K2000 (1991)Initialement, Raymond Kurzweil, né en 1948, était un informaticien, diplômé du prestigieux Massachusetts Institute of Technology, qui se consacra à l’utilisation de la technologie pour les non voyants. Il créa le premier logiciel de reconnaissance optique de caractère ainsi qu’un module de synthèse vocale. C’est après avoir rencontré Stevie Wonder qu’il se lança dans la conception et la fabrication d’instruments électroniques musicaux utilisables par les non-voyants. Ainsi naquit en 1985 le K250, un puissant clavier doté de fonctions d’échantillonnage et de synthèse sonore et qui disposait de son logiciel dédié sur Macintosh.

En 1991, Kurzweil commercialise le K2000, qui fait l’effet d’une bombe. Disposant d’un moteur VAST (Variable Architecture Synthesis Technology), le K2000 est, sur le papier, capable de généréer n’importe quelle type de synthèse sonore en se basant sur une énorme ROM de 8 Mo d’échantillons. Se basant sur des puissants DSP (Digitial Signal Processors, des processeurs dédiés aux traitements sonores), la syntèse VAST repose sur une trentaine d’algorithmes qui manipulent toutes sortes de filtres, d’équaliseurs, de modulations de toutes sortes, de “crossfade” (passage d’un échantillon à un autre) et de plein d’autres fonctions contrôlables “live” y compris via MIDI. En option, il était possible d’échantillonner ses propres sons et d’étendre la mémoire à 64 Mo.

Pour compléter le tout, on disposait d’un multi générateur d’effets versatile (réverbs, délais, chorus, flanger, simulateur de Leslie, distorsion, pahser…) et d’un puissant séquenceur interne 32 pistes. La sauvergarde des données pouvait être faite soit sur des disquettes (lecteur interne) soit sur un disque dur externe.

Les sons du Kurzweil étaient magnifiques. Certaines ROM additionnelles contenaient des échantillons de sons d’orchestre de toute beauté. Cela était du à la très haute qualité des filtres de la machine, qui donnaient de la chaleur et de l’épaisseur aux sons, bien plus que ne savaient le faire les échantillonneurs Akaï de l’époque (ils ont corrigé le tir par la suite).

Le K2000 a eu un énorme succès. Il fut utilisé notamment par Pink Floyd, Depeche Mode, Vangelis, NIN, Tori Amos et Stevie Wonder. Kurzweil déclina le K2000 dans plusieurs versions, jusqu’au monstrueux K2600 qui fut le sommet de la gamme (clavier 88 notes type “piano”, synthèse VAST encore plus poussée…).

Jean-Michel Jarre utilisa le K2000 sur “Chronologie” (notamment pour le sons d’orgue sur la partie 2).

Article rédigé par Knarf the Dwarf.

Nombre de consultations de cet article : 636