Peaches_1

Peaches (2016)

Merrill Beth Nisker, alias Peaches (Les Pêches !), est une chanteuse électropunk canadienne née à Toronto le 11 novembre 1968. Petite-fille d’immigrés juifs polonais, elle reçoit une éducation hébraïque et subit l’antisémitisme. Très tôt, elle rejette patriarcat et machisme et arbore un féminisme débridé et provocant. D’abord enseignante de musique et de théâtre, elle fait partie du trio folk Mermaid Café, puis, en 1995, elle publie un premier album solo sous le nom Merrill Nisker. La même année, elle fonde The Shit (La Merde !) avec trois autres larrons dont le fameux Chilly Gonzales. C’est à cette époque qu’elle se choisit son nom de scène, inspiré de la chanson “Four women” de Nina Simone qui s’achève sur un rageur : “My name is Peaches !”

Après son EP 6 titres “Lovertits” (Amoureux(se) de tétons !) sorti en 2000, Peaches rejoint Gonzales à Berlin où elle donne un show improvisé qui séduit le label Kitty-Yo qui la signe tout de go. Elle ajoute alors quelques chansons à celles de son EP pour boucler “The teaches of Peaches“, album electro-clash qui fait la part belle à des sonorités simplistes sorties de la groovebox Roland MC-505 et aux paroles féministes crues, la signature de Peaches. Le succès du disque soutenu par force clips (“Set it off” dans des toilettes pour hommes) et performances (premières parties de Björk ou Marilyn Manson) mémorables, la propulse rapidement star internationale. En 2003, elle apparaît barbue sur la pochette de son nouvel album “Fatherfucker” sur lequel figure l’infatigable Iggy Pop.

Pour les albums “Impeach my Bush”, en 2006, “I feel cream”, en 2009, et “Rub”, en 2015, Peaches recrute de nombreux collaborateurs et poursuit ses thèmes favoris du féminisme et de la sexualité libérée. En 2012, elle écrit et met en scène un opéra rock auto biographique intitulé “Peaches does herself”. Elle y synthétise ce que sont devenues ses performances scéniques mêlant scénographie technologique, chorégraphies (très) décalées et costumes (très) délirants. En 2011, elle se fait même fabriquer trois harpes laser dont elle joue sur scène avec deux autres de ses musiciens.

“Je ne suis pas la première à utiliser une harpe laser, mais quand Jean-Michel Jarre les utilisait dans les années 80, je ne sais pas jusqu’où vous pouviez vraiment faire quelque chose avec. Par contre maintenant vous pouvez tout jouer sur elles. (…) Il y en a trois [sur scène], elles sont comme des lampes Ikea, vous pouvez même marcher dessus et elles sont vraiment cool. J’adore comment elles sont là virtuellement, ou pas là.” (redbullmusicacademy.com 2011)

Cet instrument rapproche effectivement Peaches de Jean-Michel Jarre qui a popularisé la harpe laser et qui apprécie l’artiste. Il lui propose d’ailleurs vers 2015 de faire partie de l’aventure “Electronica” et co signe avec elle le titre “What you want” publié sur le deuxième volume du projet et faisant l’objet d’un single à télécharger depuis le 11 mars 2016.

JMJ : “Peaches est quelqu’un que j’adore vraiment. [Elle] a un son fantastique et un talent d’auteur-compositeur, avec un concept pour chaque chanson qu’elle fait, ce qui est vraiment unique. C’est un mélange de techno de Berlin qui rencontre Alison Goldfrapp qui rencontre le hip-hop East Coast, mêlé de féminisme politique et de Monty Python. Pour moi, elle porte l’avenir de la musique et c’est l’une des artistes les plus importantes du 21ème siècle et une autre artiste qui mérite beaucoup plus de reconnaissance.” (thequietus.com 20.10.2015)
“Je suis fan de la chanteuse, de la compositrice, mais aussi de la performeuse. C’est une sorte de diva féministe, un personnage burlesque. Je voulais l’avoir dans ce projet car j’ai écrit et composé un morceau hip-hop constamment cassé par des sons et des éléments électroniques. Elle avait assez d’espace pour pouvoir rapper et chanter dessus, ce qu’elle a magnifiquement bien fait”, (Clara Lemaire pour Orange, 21/03/2016)

Peaches a rejoint Jean-Michel Jarre sur scène lors de l’étape berlinoise du Electronica World Tour le 20 octobre 2016.

“Jean Michel Jarre a définitivement joué un rôle énorme dans l’élaboration de la musique électronique de la même façon que quelqu’un comme Wendy Carlos ou Giorgio Moroder” (track story, 16/03/2016) “Il est adorable et j’ai beaucoup aimé travailler avec lui. Il est très ouvert et a su respecter ma façon de faire de la musique, ma “politique”. Il est venu me voir quand je jouais à Berlin, on a traîné dans la ville et c’était très sympa. (trax.com 22/04/2016)

Site officiel : http://peachesrocks.com/

::Vidéos::

  • Peaches et ses harpes laser en 2010 : à voir sur YouTube
  • Le clip “What you want” : à voir sur YouTube
  • “Jean-Michel Jarre with Peaches – Track Story” à voir sur YouTube

::Participations aux albums::

  • 2016 – Electronica 2 : The heart of noise (titre “What you want”)

Dernière mise à jour le 14.12.2016

Nombre de consultations de cet article : 223