La track story d’Electrees avec Hans Zimmer et JMJ

Le titre Electrees figure sur l’album The Heart of Noise.
lire la transcription ci-dessous :


Hans Zimmer :Quelle que soit l’année où Oxygène est sorti. Ca a été la première fois que j’ai entendue la musique de Jean-Michel et sans doute, instantanément, je suis tombé amoureux d’elle parce que c’était exactement la musique que j’aimais. C’était complètement révolutionnaire à cette époque. Et c’était évidemment juste au bon moment. Il a complètement capturé l’esprit du temps (NDLR: Zeitgeist en allemand) et il a été une influence majeure sur moi. Je ne pense pas qu’il y ait un musicien électronique qui n’a pas été influencé par lui”.  

Jean-Michel Jarre:Hans Zimmer est le grand compositeur que l’on sait, il est celui qui a introduit la musique électronique à Hollywood en la fusionnant avec l’orchestre symphonique”.

HZ :Il y a quelques années de ça, ou quelque chose comme ça, il m’a téléphoné en me disant qu’il aimerait qu’on fasse quelque chose ensemble. Bien sur, j’ai tout de suite dit oui. Je me suis senti incroyablement honoré qu’il me l’ai demandé, d’être non seulement dans la même pièce, mais dans le même projet. Nous nous sommes rencontrés, il m’a fait jouer son idée, il m’a donné une partition”.

JMJ : “Pour moi, composer de la musique, c’est faire la bande-son dont chacun peut fabriquer son propre film dans sa tête. Quand vous regardez un paysage, vous pouvez voir par exemple les feuilles d’un arbre bougeant à une certaine vitesse, ou des vagues, qui bougent à un tempo complètement différent, des oiseaux volant dans le ciel à une vitesse différente, des gens qui marchent à une allure encore différente, et tous ces éléments aléatoires font partie d’un paysage complet harmonieux. C’était cela l’idée derrière Electrees“.

HZ :Quand je parle, j’ai un accent allemand, et quand je compose de la musique j’ai un accent allemand. Nous avons un sens européen de l’harmonie”.

JMJ :L’Amérique et le Japon ont créé le matériel sur lequel les Européens ont fait tant de musique”.

HZ :Nous sommes dans une longue lignée de compositeurs européens”.

JMJ :Nous avons fait la moitié du projet dans le fantastique studio de Hans Zimmer à Santa Monica en Californie, et le reste ici à Paris, dans ce (mon) studio”.

HZ :Une vraie collaboration nécessite la présence des gens au même endroit. Il y a un vrai balancier entre créativité et technologie. C’est vraiment relié à la créativité, et les choses peuvent bouger plus vite. Vous ne perdez pas vos idées parce que vous attendez pour l’enregistreur de revenir en arrière. Le futur dont nous rêvions est aujourd’hui”. 

Article lu 120 fois