La track story de “If”, avec Little Boots et JMJ

Voici une traduction de leurs propos :

LB : Jean-Michel Jarre est tellement légendaire dans la musique électronique.

JMJ : J’ai entendu parler de Little Boots pour la première fois avec une chanson qui s’appelait Mathematics dans son premier album, et je l’ai adoré. Et puis j’ai découvert qu’elle jouait de la harpe laser, donc j’ai découvert qu’il y avait un mini moi britannique !

LB : J’ai aussi une harpe laser que j’ai copiée sur Jean-Michel Jarre après avoir vu ses vidéos il y des années. Mais elle n’a jamais vraiment marché.

JMJ : Elle a fait son premier album avec le Tenori-on et toutes sortes d’instruments bizarres, jouant de différents synthétiseurs et de machines étranges que j’aime aussi.

LB : Nous partageons le même amour pas seulement de la musique électronique mais d’essayer de la visualiser et de la rendre plus grande que simplement audio et de lier l’écoute d’un son avec une sorte d’interprétation ou de manifestation de lui.

JMJ : Je lui ai dit qu’il serait intéressant de faire les paroles autour de l’idée du manque de temps, de la course après le temps… Les voix ont été faites par Victoria elle-même à Londres, et j’ai fait le reste de la production : les parties électroniques, et les sons électroniques, et aussi la manipulation de sa voix principalement à Paris dans mon studio.

LB : Le morceau que nous avons fait ensemble, je l’adore parce qu’il semble nostalgique et il a tous ces sons incroyables pour lesquels Jean-Michel est bien connu, mais il sonne aussi très moderne. Et je pense que c’est un territoire vraiment excitant pour tous les deux.

JMJ : Le résultat est vraiment quelque chose qui transmet nos deux mondes, je l’espère.

LB : Jean-Michel Jarre est une telle légende dans la musique électronique et il est tellement authentique pour elle, il est tellement passionné. Et nous ne sommes pas extraordinaires, nous avons besoin de gens comme lui pour nous faire aller de l’avant.

Nombre de consultations de cet article : 197