Roland Groovebox MC303 - MC808

Roland Groovebox MC303 (1996) / MC808 (2007)

Roland Groovebox MC303 (1996) / MC808 (2007)En 1996, Roland Corporation commercialise sa première “Groovebox”, un instrument compact qui permet de créer aisément des séquences de musique électronique dans le style “techno / hip-hop”. Le concept des MC (Micro Composer) n’est pas nouveau puisque déjà au début des années 80, Roland avait commercialisé le MC-202 qui comprenait un générateur de sons synthétiques programmable (assez simplifié), des sons de batterie synthétiques et un petit séquenceur. La version 1996, appelée MC-303 reprend le principe en l’améliorant grandement.

L’engin dispose d’un petit clavier incorporé, lequel permet de jouer les notes des 7 pistes instrumentales disponibles et celles de la piste rythmique. 448 sons sont disponibles (des sons échantillonnés couvrant une assez large palette) auxquels s’ajouteent 12 kits rythmiques (avec des sons des célèbres TR808 et TR909 de Roland, très appréciés dans le monde de la musique électronique). Un processeur d’effet permet d’ajouter de la reverb, de l’écho, du chorus ou du flanger au morceau créé. Histoire de simplifier le travail du musicien, une banque de 300 patterns rythmiques (avec variations) est installée dans la machine, dans des styles très en phase avec l’époque (dance, techno, trance, ambient, drum’n bass, etc…), et comprenant des lignes rythmiques et des lignes de basse. Le musiciens dispose de 50 emplacements pour ses propres motifs, lesquels se partagent les 14 000 notes de mémoire disponibles. La programmation des séquences est rendue très simple grâce à la présence du petit clavier (pas besoin de coller un clavier MIDI)

Afin de créer ses propres sons, on dispose de quelques boutons pour modifier les filtres et quelques modulations. Il était impossible de créer vraiment des sons de toute pièce : la création sonore se limitait à trituer des échantillons.

La MC-303 fut un grand succès, du fait de son faible cout et de ses possibiltés de créer des motifs rythmiques sans se prendre la tête et avec un très bon rendu.

Par la suite, Roland améliora sans cesse le concept : les modèles MC-505 (qui propose le D-Beam, une sorte de capteur qui permet de modifier en live un paramètre, une sorte de harpe laser sans laser…), MC-307 (avec une sorte de fadr style “table de mixage” de DJ) et MC-909 suivirent, cette dernière incluant une fonction échantillonnage.

La MC-808 arrive en 2007. La fonction “sampling’ est toujours là, la polyphonie passe à 128 voies, on dispoe de 32 pistes (16 pour les sons, 16 pour les arpèges, fonctions RPS), mais le concept général reste le même. La grosse nouveauté, c’est la présence de 8 faders : ils servent aussi bien pour programmer les sons (une fader par paramètre) que pour le mixage des 8 pistes. Et qui plus est, ces faders sont motorisés : le passage d’un mode à un autre ou le changement de programme fait bouger les faders automatiquement pour que ceux ci se positionnent aux valeurs des paramètres du programme / mode sélectionné. Une grande novueauté – plus spectaculaire que réellement pratique.

La MC-808 est accompagnée d’un éditeur (gratuit) pour PC/Mac pour modifier les échantillons.

La MC-303 fut utilisé par Jean-Michel Jarre sur “Métamorphoses”, et la MC-808 pour “Téo & Téa”.

Article rédigé par Knarf the Dwarf.

Nombre de consultations de cet article : 745