Tangerine Dream_1

Tangerine Dream (Edgar Froese) (2015)

Tangerine Dream est un groupe de musique électronique allemand caractérisé par sa discographie pharaonique de 100 albums (!) et sa géométrie variable, en fonction de ses membres. Son fondateur et unique musicien permanent est Edgar Froese, né le jour du débarquement allié en France, le 6 juin 1944, à Tilsit (aujourd’hui Sovestsk en territoire russe) d’une famille de commerçants ruinée par la guerre.

Il apprend le piano à 12 ans, puis étudie, grâce à une bourse, la peinture et la sculpture pendant 4 ans à l’Académie des Arts de Berlin. En 1964, il est le guitariste autodidacte d’un groupe de rock qui croise la route de Salvador Dali qui va profondément le marquer. En 1967, Froese fonde Tangerine Dream, alors un groupe de rock psychédélique. Parallèlement, il suit des cours de compositions au Conservatoire de Berlin où il s’essaye à la recherche sonore.

C’est là, en 1969, qu’il rencontre le batteur Klaus Schultze qui rejoint Tangerine Dream dont la musique s’oriente alors vers l’avant garde. Un premier disque sort en 1970. Peu après, Schultze s’éclipse et se voit remplacer par le percussionniste Christoph(er) Franke. Les instruments électroniques, dont le VCS 3, sont encore peu présents. L’arrivée du claviériste Peter Baumann, en 1971, donne au groupe sa conformation pour plusieurs années et y renforce l’intégration des synthétiseurs et des séquenceurs qui deviennent meilleur marché.


Froese, Franke, Baumann

A partir de 1974, Tangerine Dream va aligner une série d’albums de légende sur le jeune label Virgin : “Phaedra” (1974), “Rubycon” (1975), “Ricochet” (1975), “Stratosfear” (1976), “Encore” (1977)… dont certains sont enregistrés “live”. Dès cette époque, Froese mène aussi parallèlement une carrière solo. Le départ de Baumann en 1977 et l’échec de “Cyclone”, dont 2 titres sont chantés, en 1978, obligent le groupe à se remettre en cause.

Après “Force majeure” (1979) et l’intégration de Johannes Schmoelling en 1980, Tangerine Dream signe un nouveau chapitre qui se concrétise par une série d’albums plus consensuels comme “Tangram” (1980), “Exit” (1981), “White eagle” (1982), “Logos Live” (1982), et le début d’une longue liste (un tiers de sa discographie) de BO de films, initiée avec “Sorcerer” (1977) et “Thief” (1981).

Après la rupture d’avec Virgin en 1984, et malgré quelques albums bien reçus, comme “Poland” (1984) et “Le Parc” (1985), le milieu des années 80 est ensuite surtout marqué par le départ de Johannes Schmoelling (en 1986), puis de Christoph Franke (en 1988) tous deux exténués par la cadence des enregistrements et des tournées. Le son du groupe évolue ainsi au rythme de ces crises et de l’air du temps.

Les duos Edgar Froese avec Paul Haslinger (1986-1990), puis avec son fils Jerome Froese (1991-2006), entourés de musiciens invités, continueront bon gré mal gré à tenir le flambeau du groupe avec moins de succès cependant. Notons tout de même les projets conceptuels ambitieux que sont la “Dante Trilogy” (2002-2006), inspirée de la Divine Comédie, et la série “Five Atomic Seasons” (2007-2010), composée autour des deux bombardements nucléaires du Japon.


Tangerine Deam et Jean-Michel Jarre en 2014

Le 20 janvier 2015, Edgar Froese décède d’une embolie pulmonaire à Vienne. Quelques mois auparavant, il compose avec Jean-Michel Jarre, dans le cadre de l’album de collaborations de celui-ci, un titre commun intitulé “Zero gravity” qui sort sur Maxi 45T en édition limitée à 1000 exemplaires le 19 juin 2015.

Edgar Froese : “En ce qui concerne Vangelis et Jarre, je suis bien sûr familier de ce qu’ils ont fait dans leur carrière. Pour leur approche sérieuse vers une expression musicale individuelle, je les respecte beaucoup.” (synthtopia.com 12/03/2010)

JMJ : “Edgar et moi avons toujours suivi le travail de l’un et de l’autre. Nous avons commencé la musique électronique en même temps. Nous avons passé du temps ensemble récemment et sommes devenus instantanément des vieux amis. Je me souviens de sa vision de la vie, de son humour, de son sourire mystérieux. Edgar, où que tu sois dans l’apesanteur de l’espace et du temps, soit sûr que tu resteras pour toujours avec moi et avec nous tous à travers le son intemporel et unique de Tangerine Dream.” (Page Facebook officielle, 25.01.2015)

Sites officiels : http://www.tangerinedream.org/, http://www.edgarfroese.com/

::Vidéo::
“Jean-Michel Jarre with Tangerine Dream – Track Story” à voir sur YouTube.

::Participations aux albums::

  • 2015 – Electronica 1 : The time machine (titre “Zero gravity”)

Mis à jour le 04.09.2015

Nombre de consultations de cet article : 774