Roland Jupiter 6 (1983)

Roland Jupiter 6 (1983)Le Jupiter 6 ou JP-6, lancé par Roland Corporation en 1983, est le petit frère des Jupiter 8 et Jupiter 4.

C’est un synthétiseur analogique polyphonique 6 voies contrôlé par micro-processeur, capable de produire une gamme assez large de sonorités bien synthétiques à souhait. Son ergonomie est simple : chaque paramètre a son propre bouton, dans la ligne des instruments des années 70. Le DX7, qui sort peu après, va changer cela pour un (long) bout de temps.

Son architecture est simple : le JP-6 a 12 oscillateurs (2 par voie) qu’il est possible d’empiler en une seule voie, rendant l’instrument monophonique mais donnant une autre dimension au son généré. Le son passe par un filtre résonant multi-mode asse classique (passe-bas / passe-haut / passe-bande). Un LFO a quatre formes d’onde (sinusoïdal / triangle / dent de scie / carré).On dispose de 80 emplacements mémoires (48 pour les sons, 32 pour les combinaisons). Il est aussi possible de “splitter” le clavier en deux et jour deux sons simultanément, un de la main gauche (2 ou 4 notes) et un de la main droite (4 ou 2 notes).

A noter que le JP-6 fut l’un des premiers synthétiseurs à disposer de l’interface MIDI. Sa construction s’arrêta en 1985, victime comme beaucoup d’instruments de cette époque du tsunami “DX7” de Yamaha.

Parmis ses utilisateurs les plus fameux, citons Devo, ZZ Top et King Crimson.

Jean-Michel Jarre utilisa le Jupiter 6 pendant le concert à Houston en 1986 pour le morceau “Ron’s piece”.

Article rédigé par Knarf the Dwarf.

Article lu 535 fois