Cornic_1

Eric Cornic (2009-)

Eric Cornic est un graphiste et photographe français né en 1970 dans la Région Parisienne. Il a finalement toujours su qu’il travaillerait dans le design. A 16 ans, il intègre l’Ecole Boulle, Ecole Nationale des Arts Appliqués aux Industries de l’Ameublement, d’où il décroche un bac F12 (Arts appliqués). Il enchaîne avec un BTS Expression Visuelle Image de Communication obtenu deux ans plus tard à l’Ecole Duperré, École supérieure des arts appliqués.

Vers 1991, il est embauché dans la petite agence de design FKGB spécialisée dans le divertissement : musique, cinéma, jeux vidéo. Parmi ses travaux, il réalise, “un dimanche après midi”, la pochette de l’album “D’eux” de Céline Dion, l’album le plus vendu en France de tous les temps. Mais c’est surtout à cette époque qu’il va devenir un des spécialistes du graphisme pour les rappeurs alors en pleine ascension dans le paysage musical français.

“Un jour, je vois passer un dossier concernant NTM. C’était un petit groupe underground, signé chez Sony Music/Epic. Je connaissais leurs premiers titres, j’ai fait le forcing pour travailler dessus. J’ai fait mes premières armes sur le livret de “J’appuie sur la gâchette”. (…) Kool Shen, qui chapotait la partie visuelle, m’a vite fait confiance et j’ai commencé à travailler sur leurs tournées, leurs maxis et leurs singles.” (noisey.vice.com 11/01/2016)

Très rapidement il va devenir le “Monsieur NTM” de la boite : “J’appuie sur la gâchette” (1993), “Paris sous les bombes” (1995), et les singles et EP associés, c’est lui. Cette visibilité attire l’intérêt d’autres rappeurs et leurs managers comme le label Realeyez pour lequel il réalise une cinquantaine de pochettes en un an. Il développe aussi des outils de communication comme la disquette “Nique ton Mac” qui remplace les images systèmes ou un EP vinyle à une époque où plus personne n’avait de platine. Cependant, de son propre aveu, travailler avec ces artistes était souvent “compliqué”, notamment quand “ils débarquaient à 15, éventuellement avec des pitbulls”…

En 1997, Cornic décide de se mettre à son compte et fonde BDFCK (consonnes de “Body Fuck”, traduction anglaise de Corps-Nique) au moment où FKGB est rachetée suite à son succès. Son carnet d’adresse et sa réputation lui permettent de travailler pour de nombreux artistes dont IV My People et Pierpoljak. Aux débuts des années 2000, crise du disque oblige, il s’implique plus dans différents projets de webdesign et de vidéo et dans la conception d’affiches de spectacle. Une de ses affiches pour les Fugees est utilisée dans le monde entier.

C’est dans ce cadre qu’il participe à la compétition pour l’habillage de la tournée ‘In Doors’ de Jean-Michel Jarre en 2009 qui, séduit, va alors l’impliquer dans d’autres projets. C’est notamment à lui qu’est confiée la diffusion en ligne du concert du 10/10/10 de Londres avec traitement d’images en direct.

“Je travaille avec lui depuis 5 ou 6 ans, et ce n’est en fait pas si improbable. Dans le privé, c’est un adolescent geek, passionné par l’image et les images. Du coup, on explore systématiquement toutes les possibilités visuelles d’un projet, et on essaie d’aller au bout à chaque fois.” (noisey.vice.com 11/01/2016)

Depuis, Cornic est devenu le pilier graphique de l’équipe de Jarre. Il a travaillé sur toutes les pochettes et livrets de ses albums depuis “Essentials & rarities” en 2011, y compris pour les rééditions CD de ses premiers disques et sur les coffrets “Electronica” et leurs contenus.

Site officiel : http://www.bdfck.com/

::Participations aux concerts::

  • 2009 – In Doors Tour
  • 2010 – ‘2010’ Tour
  • 2011 – ‘2011’ Tour
  • 2011 – Mariage Princier à Monaco

::Participations aux albums::

  • 2011 – Essentials and rarities
  • 2011 – Oxygène, Equinoxe, Les chants magnétiques (remasters vinyls)
  • 2014 – Oxygène, Equinoxe, Les chants magnétiques, Les concerts en Chine, Houston/Lyon, Destination Docklands (remasters CDs)
  • 2015 – Zoolook, Rendez-vous, Révolutions, En attendant Cousteau, Chronologie (remasters CDs)
  • 2015 – Electronica 1: the time machine
  • 2016 – Electronica 2: the heart of noise

Dernière mise à jour le 19.05.2016

Nombre de consultations de cet article : 254