Anderson_1

Laurie Anderson (1984, 1999-2001, 2015)

Laura Phillips Anderson , née le 5 juin 1947 à Glenn Ellyn, Illinois, est une artiste multi-média : musicienne, chanteuse, chorégraphe, cinéaste, peintre et sculpteuse ! Diplômée en histoire de l’art à San Francisco et en sculpture à New York, elle donne sa première performance en 1969 : une symphonie de klaxons de voitures ! Dans les années 70, elle évolue dans le milieu avant-gardiste de l’underground New Yorkais. Elle compose des musiques mélant violon et électronique qu’elle intègre à ses performances et joue avec sa voix modifiée par des effets. Elle fréquente les poètes John Giorno et William S. Burroughs avec lesquels elle publie l’album “You’re the guy I want to share my money with” (1981).

Entre 1979 et 1983, elle conçoit “United States”, un opéra multi-média de 8 heures en 4 parties, mélant musique électronique, danse et projection multimédia. En 1981, elle publie l’extrait “O Superman“, une “chanson” de près de 8 minutes, entièrement interprétée au “vocoder”, qui rencontre un succès colossal et inattendu aux USA et en Europe (n°2 au Royaume Uni). Elle signe alors un contrat chez Warner. L’album “Big Science” est construit autour de ce succès et sort en 1982. La matière musicale de “United States” est ensuite enregistrée pour le coffret “United States Live” en 1983.

Fervente utilisatrice du Synclavier (ordinateur musical américain concurrent direct de celui de Fairlight), elle crée aussi des instruments sur mesure, dont son fameux violon magnétique, dont les crins de l’archet sont remplacés par une bande magnétique, et le “stick”, un bâton qui lui permet de déclencher à l’envie des sons électroniques.

Lors de ses projets suivants, elle collabore avec de nombreux autres artistes dont Peter Gabriel (sur le titre “Excellent birds” qui figure dans la discographie des deux artistes), David Sylvian, Brian Eno, Boby Mc Ferry, Dave Stewart, Philip Glass, Ryuichi Sakamoto et Lou Reed dont elle devient la compagne puis l’épouse jusqu’à la mort du chanteur.

Jean-Michel Jarre, quant à lui, a invité Laurie Anderson à participer à plusieurs projets autour de sa voix et de son parlé-chanté caractéristique.

JMJ : “Laurie cherche toujours à aller plus loin. Elle a ouvert des tas de portes sur la manipulation de la voix et la recherche sonore. C’est également une très grande artiste contemporaine avec ses installations, peintures, vidéo…” (slate.fr 11/09/2015)

“Je sais que Jean-Michel a un intérêt très similaire à ce qu’est l’environnement sonore et comment vivre dedans d’une manière différente. Probablement subliminalement, je savais que nous avions un intérêt pour une musique spéciale, d’une manière qui expérimente le son.” (Track story, youtube.com, 17/09/2015)

Sur “Zoolook” en 1984, elle crée un langage à partir d’onomatopées pour le morceau “Diva“.

JMJ : “Mon idée de départ était de Iui faire chanter une chanson d’une autre planète, avec des mots, mais incompréhensibles. Cela l’a beaucoup intéressée. Elle revenait alors du Japon et on a travaillé ensemble sur des racines de mots japonais et différentes autres choses qui pourraient se mêler. Je lui ai aussi demandé de chanter très haut, beaucoup plus haut qu’elle ne Ie fait d’habitude. Elle était un peu étonnée au départ mais, finalement, très contente !” (Music Video Systèmes n°6 12.1986)

Pour “Métamorphoses”, en 2000, elle égrène une liste d’objets dans le titre d’ouverture “Je me souviens“. JMJ filmera aussi son visage épelant ces mêmes mots, lors d’un passage au Centre Pompidou, pour participer, en tant que voix off pour ce titre, à deux des concerts de Jean Michel Jarre : aux pyramides d’Egypte, et à l’Acropole d’Athènes.

JMJ : “Ce que j’aime tellement dans ce morceau, c’est le fait que chaque mot a un tel contenu émotionnel grâce à sa performance. C’est un titre très minimaliste, mais tellement riche simplement par les différents angles émotionnels qu’elle a mis dans chaque mot. C’était exactement ce que je voulais.”

En 2015, 15 ans après “Métamorphoses” et 30 après “Zoolook”, elle collabore à un troisième album du compositeur : “Electronica 1 : The time machine” ! Si leur projet est d’abord retardé suite au décès de Lou Reed, Jarre et Anderson se retrouvent finalement à Los Angeles pour, ensemble, produire et enregistrer la chanson “Rely on me“.

JMJ : “C’est une sorte d’histoire d’amour pour exprimer ce genre de relation très sensuelle que nous avons aujourd’hui avec nos smartphones. Nos smartphones sont des animaux de compagnie. Nous touchons nos smartphones plus de notre partenaire, c’était ça l’idée derrière. Laurie a joué magnifiquement cet objet parlant sexy. Ce que je voulais d’elle, c’est sa voix et qu’elle chante. Alors j’ai écrit les paroles et elle a changé des choses, écrit le “Rely on me” et, comme d’habitude avec Laurie, dès qu’elle parle ou chante, ça devient instantanément magique.” (Track story, youtube.com, 17/09/2015)

JMJ et Laurie Anderson, tous deux programmés à la Red Bull Music Academy de Paris qui est annulée à cause des attentats sanglants de Paris de novembre 2016, se retrouvent deux jours après pour une conversation sur le rôle des artistes face à la tragédie (vidéo ci dessous). Quelques jours plus tard, ils participent aussi tous les deux à la conférence Audi O Rama en Suisse.

Site officiel : http://www.laurieanderson.com

::Vidéos::

  • Jarre parle de Laurie Anderson (2000) : Voir sur YouTube
  • “Jean-Michel Jarre with Laurie Anderson – Track Story” (2015) à voir sur YouTube.
  • “Laurie Anderson & JMJ discutent après les attentats de Paris (2015) : Ecouter sur rbmaradio.com

::Participations aux albums::

  • 1984 – Zoolook
  • 2000 – Métamorphoses
  • 2015 – Electronica 1 : The time machine (titre “Rely on me)

::Participations aux concerts::

  • 1999 – Les douze Rêves du Soleil (Le Caire) (voix off)
  • 2001 – Hymn to Akropolis (Athènes) (voix off)

Dernière mise à jour le 11.05.2015

Nombre de consultations de cet article : 527