Archives pour la catégorie Échantillonneurs

Appareil utilisé par les musiciens dans lequel sont stockés sous forme informatique des sons enregistrés (échantillons) : sons d’instruments acoustiques traditionnels, bruits divers, voire de petits extraits de musique traités sous forme de boucles. En reliant cet appareil à un clavier de commande, à une interface M.I.D.I. ou un ordinateur (séquenceur), on déclenche les sons à volonté.

Kurzweil K2000 (1991)

Kurzweil K2000 (1991)Initialement, Raymond Kurzweil, né en 1948, était un informaticien, diplômé du prestigieux Massachusetts Institute of Technology, qui se consacra à l’utilisation de la technologie pour les non voyants. Il créa le premier logiciel de reconnaissance optique de caractère ainsi qu’un module de synthèse vocale. C’est après avoir rencontré Stevie Wonder qu’il se lança dans la conception et la fabrication d’instruments électroniques musicaux utilisables par les non-voyants. Ainsi naquit en 1985 le K250, un puissant clavier doté de fonctions d’échantillonnage et de synthèse sonore et qui disposait de son logiciel dédié sur Macintosh. Continuer la lecture de Kurzweil K2000 (1991)

Nombre de consultations de cet article : 636

Akaï S1000 (1987)

Akaï S1000 (1987)Fin des années 80, l’échantilonnage fait l’objet d’une bataille terrible entre les constructeurs. Du côté haut de gamme, on trouve les “grands anciens”, les pionniers australiens de Fairlight, avec leur CMI et les américains de New England Digital avec leur Synclavier ; tous deux sont en perte constante de vitesse, concurrencés par les modèles “grands publics” des japonais et des américains. Si Akaï a réussi à s’imposer dans bon nombre de studios avec son S900, les américains d’E-Mu Systems (avec l’E-Max) et Ensoniq (avec le Mirage et l’Ensoniq Performance Sampler) et le japonais Roland (avec ses S50 puis S700) résistent bien. Du côté des dillettantes, on trouve Yamaha, qui se plante complètement avec le TX16W, un modèle dépassé dès sa sortie, et Greengate qui propose une solution alternatives, le DS2, une carte à installer sur un Apple II, qui ne rencontre pas beaucoup de succès. Continuer la lecture de Akaï S1000 (1987)

Nombre de consultations de cet article : 351

E-Mus Systems Emulator 1 (1982) / Emulator 2 (1984)

E-Mus Systems Emulator 1 (1982) / Emulator 2 (1984)E-mu Systems (pour Electronic MUsic) a été fondée en 1971 par Scott Wedge et Dave Rossum. Elle commença par fabriquer toutes sortes de composants électroniques, puis se lança dans la commercialisation de synthétiseurs modulaires haut-de-gamme (dont un, ayant appartenu à Frank Zappa, est visible au Musée de la Musique de la Vilette à Paris). En 1978, ils founissaient des composants à une toute jeune société, Sequential Circuits, qui s’apprêtaient à lancer le mythique Prophet 5. Continuer la lecture de E-Mus Systems Emulator 1 (1982) / Emulator 2 (1984)

Nombre de consultations de cet article : 378

Fairlight CMI (1979) / CMI2X / CMI Series III (1986)

Fairlight CMI (1979) / CMI2X / CMI Series III (1986)En 1975, deux ingénieurs australiens et amis de lycée, Peter Vogel et Kim Kyrie, se lancent dans la fabrication de synthétiseurs numériques suite à la découverte par Kim Kyrie du fameux disque “Switched-on Bach” de Wendy (anciennement Walter) Carlos, le premier disque entièrement interprété sur synthétiseur Moog. Peter Vogel étant un passionné d’informatique – il a, selon ses dires, construit son premier ordinateur à l’âge de 12 ans – et entrevoyant l’importance que pourrait avoir les ordinateurs dans la musique électronique, ils orientent leurs travaux vers les ordinateurs musicaux. Le fruit de leur premiers travaux sont deux synthétiseurs numériques, les Qasar et Qasar M8, qui restent à l’état de prototype, mais sont des ébauches de leur premier produit commercial. Ils fondent leur société à cette époque, Fairlight (du nom d’une plage locale…) Continuer la lecture de Fairlight CMI (1979) / CMI2X / CMI Series III (1986)

Nombre de consultations de cet article : 761