Carpenter_2

John Carpenter (2015)

John Howard Carpenter est un réalisateur, scénariste et compositeur américain né à Carthage, New York, le 16 janvier 1948. Il est surtout connu pour être l’un des maîtres de la science fiction et de l’horreur, plusieurs fois récompensé au festival d’Avoriaz, et dont plusieurs de ses films sont devenus “culte”. Son père, professeur de musique, l’initie très tôt au violon puis au piano. Adolescent, il devient guitariste et bassiste dans un groupe.

Cependant, enfant déjà, Carpenter caresse le rêve de devenir metteur en scène grâce à sa mère qui l’emmène régulièrement au cinéma voir des films de western et de science fiction. Il réalise ses premiers films d’adolescent avec une caméra 8 mm. En 1968, il intègre la University of Southern California’s School of Cinematic Arts (USC) où il apprend la réalisation, l’écriture, le montage et la composition.

C’est à l’USC, que Carpenter est impliqué dans 2 projets importants : il participe à un film qui obtient l’Oscar du meilleur court-métrage de fiction en 1970. Ensuite, il réalise son film de fin d’études, qui, agrémenté plus tard de nouvelles scènes, sort finalement comme long métrage en 1974 sous le titre “Dark star”. Après “Assaut” (1976), un remake urbain de “Rio bravo”, Carpenter obtient la consécration en 1978 avec le film d’horreur “Halloween“, l’un des films les plus rentables de l’histoire du cinéma, dans lequel débute Jamie Lee Curtis. Après “Fog” (1980), qui a un succès honorable, Carpenter réalise deux films culte avec Kurt Russel : “New York 1997” (1981) et “The thing” (1982).

Après les consensuels “Christine” (1983) et “Starman” (1984) et l’échec des ” Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin” (1986), Carpenter retourne au cinéma indépendant. “Le prince des ténèbres” (1987), “Invasion Los Angeles” (1988), “L’antre de la folie” (1994), “Vampires” (1998) ponctuent une période de séries B en dents de scie marquée par plusieurs échecs critiques et commerciaux qui éloignent finalement Carpenter des studios dans les années 2000. Pourtant, ses films connaîtront une 2ème vie grâce à la vidéo et à la curiosité d’une nouvelle génération de (télé)spectateurs qui le réhabiliteront.

Et si John Carpenter a acquis son titre de “Maître de l’horreur”, c’est autant par son talent de metteur en scène que de compositeur, puisque, à de rares exceptions près, il a signé la musique de tous ses films, dont le célèbre thème d’Halloween, adapté d’une mélodie apprise enfant. Initié à l’électronique par un professeur de l’USC, Carpenter a fait grand usage des synthétiseurs, surtout, de son propre aveu, pour leur palette de sons et leur relative facilité d’emploi, et ce dès son premier film “Dark Star” dont la BO a été créée avec un VCS3. Depuis, après avoir fait grand usage du Korg Triton, il est devenu un adepte de Logic Pro.

“Je travaille instinctivement, et c’est particulièrement vrai au plan musical, cela n’a rien d’intellectuel, c’est seulement très émotionnel. J’improvise presque tout, et cela surgit instinctivement du musicien qui sommeille en vous. (…) La musique occupe une grande place dans ma vie, et j’ai seulement trouvé préférable de composer personnellement les bandes originales de mes films.” (www.cinema-bio.ch 07.01.2015)

En 2015, il sort son premier album non cinématographique, “Lost themes“, sur le label qui a aussi signé David Lynch. D’ailleurs, l’année précédente, tout comme Lynch, il annonce participer à l’album de collaborations de Jean-Michel Jarre. Celui-ci l’a contacté dès janvier 2013, mais Carpenter ne peut pas se libérer avant janvier 2014 ! Patient, l’auteur d’Oxygène le rencontre finalement. Le résultat après 3 semaines de studio, “A question of blood”, sera révélé en août 2015.

“Nous avons tous deux, Jean-Michel et moi, des pères musiciens et nous aimons tous les deux beaucoup la musique électronique. (…) Jean-Michel m’a envoyé un fichier de sa maquette, qui était en fait le morceau sans mélodie, avec différents sons. J’y ai ajouté d’autres types de sons, j’y ai ajouté une mélodie puis je le lui ai renvoyé et il l’a fini. (…) C’est un artiste extraordinaire et un homme vraiment gentil. J’apprécie vraiment de le connaître. J’ai juste vécu un grand moment.” (YouTube, track story, 30.07.2014)

JMJ : “La musique électronique et le cinéma ont toujours été très proches. John Carpenter, qui est le brillant réalisateur que l’on connaît, a aussi fait toutes ses musiques avec des synthétiseurs analogiques et donc, évidemment, j’ai pensé que John Carpenter serait un must absolu. J’ai donc composé quelque chose de vraiment particulier pour lui. (…) John a apporté son style si caractéristique au morceau en ajoutant une couche de mélodie et aussi quelques couches de pads et des sortes de crissements sonores. En écoutant le morceau quand il m’a renvoyé le résultat, j’ai vu instantanément l’une des scènes de son prochain film. J’ai l’impression qu’il porte définitivement le sceau de John Carpenter.” (YouTube, track story, 30.07.2014)

Site officiel : http://www.theofficialjohncarpenter.com

::Vidéo::
“Jean-Michel Jarre with John Carpenter – Track Story” à voir sur YouTube.

::Participations aux albums::

  • 2015 – Electronica 1 : The time machine (titre “A question of blood”)

Mis à jour le 20.10.2015

Nombre de consultations de cet article : 327