Revue de presse Houston 1986

Revue de presse : Houston, a city in concert (1986)

Revue de presse sur le concert de Houston au Texas en 1986.“Sa mission à Houston consistait à mettre en valeur un site architectural de huit cents mètres d’ouverture, composé de gratte-ciel de verre, sur lesquels venaient se mirer deux mille spots de couleur sous un ciel balayé par des projecteurs de D.C.A. Au pied de I’hôtel Meridien, debout devant un grand synthétiseur en forme de palette magique, le compositeur imagina pendant quatre-vingt-dix minutes une symphonie d’accords électroniques et de flux lumineux préalablement dosés par ordinateur. (…) Une grande première, à cent pour cent francaise, à laquelle les Texans applaudirent des deux mains. C’est, dirent-ils le lendemain, un show à la « dimension de notre ville. » C’est vrai, Rendez-vous à Houston a nécessité un an de préparation; coût à la municipalité deux millions de dollars; sans compter, côté français, divers parrainages.” (1)
(…)
“Jean-Michel Jarre, trente-huit ans. Sept musiciens. Quarante-cinq claviers de synthétiseurs. Choeurs de 200 enfants. Quatre projecteurs de DCA. Huit canons-laser bombardant de lumières des gratte-ciel de plus de 300 mètres, sur un front de un kilomètre. Soixante-dix techniciens français. Cent vingt assistants américains.” (…) Pour enregistrer ce concert, iI a fallu déployer quatorze caméras au sol, une Louma et deux autres cameras dans des helicoptères. Le film dure cinquante-deux minutes. II a été vendu à quatorze pays étrangers. Aux commandes, Bob Giraldi et Antony Payne, les réalisateurs de clips comme « Beat it » de: Michael Jackson, « Say say say » avec Jackson et Paul Mc Cartney, « Hello » de Lionel Richie…” (2)
(…)
“Malgré le public record, le concert de Jean-Michel a été le premier à ne pas provoquer de bagarres ou d’émeutes. Il a, depuis, été acheté dans le monde entier, de l’australie au Japon, du Brséil à la Hollande, de l’Espagne au danemark, et diffusé en stéréo, en Angleterre, par la BBC. Il a même été sélectionné pour les Emmy Awards (l’équivalent américain des 7 d’or) et le disque a lui ausi fait des vente-record. Au hit anglais, il est passé, en un mois, de la 74è à la 9è place.” (3)
(…)
“Je ne sais pas si c’était vraiment, comme certains de mes confrères l’ont écrit, le concert du siècle, mais force est de reconnaître que Jean-Michel Jarre, après la Chine et la place de la Concorde, a une nouvelle fois créé I’événement en réalisant un spectacle musical et visuel d’une envergure et d’une ampleur absolument stupéfiantes. ” (…) Ceux qui le font n’ont certainement jamais entendu Jarre en concert, ni vu de leurs yeux une ville entière bouillonner de plaisir et d’émerveillement enfantin comme ce fut le cas à Houston. Ce concert lui fut commande (comme autrefois les rois commandaient des messes à Mozart) par la ville de Houston qui fêtait ses 150 ans d’existence et la Nasa ses 25. (…) “Non seulement il jouait, dirigeait I’orchestre et les choeurs mais aussi contrôlait les lasers, les feux d’artifices et les projections sur l’écran géant de 30 mètres de large sur 150 de haut collé contre un des immeubles. Pour cela il disposait d’un système complètement original de partitions sur moniteurs d’ ordinateurs. Deux partitions, une pour la musique et l’ autre pour les lumières. Le tout écrit et réglé seconde par seconde avec un véritable story-board selon la technique utilisée au cinéma. Une machine impressionnante et impossible à arrêter une fois lancée. C’est d’ailleurs ce que les techniciens durent expliquer pendant le spectacIe au capitaine des pompiers de la viIIe qui brusquement en voyant s’allumer de partout, vint ordonner que l’ on arrêta le feu d’ artifice !” (4)
(…)
“Pendant qu’on s’esbaudit dans nos petites maisons de chez Merlin, eux s’offrent l’Enchanteur, le magicien de la musique du XXle siècle : choristes, synthés, claviers, ordinateurs par centaines; émotion, pâmoison, emerveillement à la tonne. Le 5 avril dernier, Jean-Michel Jarre, oui, oui, le nôtre,le seul, le vrai, mettait I’ Amérique à ses pieds avec le concert le plus féerique du siècle. Et nous alors, on n’a pas le droit à ses pieds ?” (5)
(…)
“Ce show, l’un des plus gigantesques jamais réalisé : rayons lasers projetant des images animées, écran géant formé par les gratte-ciel, 2 000 projecteurs fouillant le ciel, un feu d’artifice de 16000 bombes et fusées… Un spectacle total visible à 5 km de distance. Sur scène, Jean-Michel Jarre, entouré de 1 00 choristes, 7 musiciens, 45 synthétiseurs, contrôlait image et son à I’aide de 8 consoles. Le coût du show fut à I’image de sa grandeur : 5 millions de $, dont les producteurs récupéreront une partie grâce à la vidéo filmée par les 14 cameras de Bob Geraldi et déjà vendue dans plusieurs pays, et à Rendez-vous, le dernier album de J.-M. Jarre, sorti aux USA le jour même du concert.” (6)
(…)
“Du sommet des buildings crépitaient de temps à autre des feux d’artifices. Pour cela; il a fallu transporter sur les toits de ces immeubles 50 kilomètres de câbles, 40 tonnes de sable, et convaincre au préalable les pompiers de Houston ainsi que les compagnies d’assurance. Sur une des tours encore en construction, un écran géant de 120 mètres de haut sur 65 de large était tendu. Au fil de la diffusion d’ » Oxygène » et » Equinoxe « , les morceaux les plus connus de Jean-Michel Jarre ont été projetés sur cet écran des diapositives célébrant I’anniversaire de Houston. Sous les applaudissements apparaissaient les symboles du Texas: cow-boys, troupeaux, puits, derricks et chemins de fer. Un dessin animé au laser faisait même courir un cheval de façade en façade. (…) il y a huit jours, au cours des essais, des électriciens français ont fait sauter, pendant plusieurs heures, le système électrique du building central de la police. Ce genre d’incident ne se reproduira pas, car Jean-Michel Jarre ne donnait qu’un seul concert à Houston.” (7)
(…)
Francis Dreyfus: “Je pense que tout le monde a compris que ce n’était pas une affaire commerciale, c’était une énorme aventure, on était une bande de français qui débarquait pour faire sauter les Etats-Unis. Et ce show a été différent. La synchronisation de tous ces effets avec la musique et cette nouveauté sur scène avec la présence des ordinateurs qui a étonné tout le monde, cette visualisation des cues et des scores qui fait sortir du score de papa pour arriver au score d’aujourd’hui, tout ça a étonné tout le monde” (8)
(…)
“Du haut du ciel, le capitaine Gaines tente de dénombrer la foule immobile est attentive. « Un peu plus d’un million de personnes », pense-t-il en constatant que la marée humaine s’étend plus loin que les yeux ne peuvent voir. « C’est la chose la plus incroyable que j’aie jamais vue », dira-t-il plus tard. ” (9)
(…)
“D’ « Oxygène » à « Rendez-vous », quoi de plus logique pour cette fusée du « planant » que sa rencontre avec la NASA ? C’est « Let the Midnight Spatial » au Texas.” (10)
(…)
“Avec I’accident de la navette, j’ai perdu un ami. La femme de Ron [Mc Nair] a demandé que le morceau de son mari ne soit pas retiré du spectacle. II sera interprété par un autre saxophoniste. Je ne pourrai entendre ce morceau sans être totalement bouleversé.” (…) A Houston, on retrouve tous les personnages de la légende américaine : le cowboy, le roi du pétrole, le bâtisseur et I’astronaute, Des surhommes qui fascinent le monde entier, Et. à côté de cela, des hommes tout court » Ce qui est curieux à Houston, c’est ce décalage. D’un côté, une ville à la technologie parmi les plus avancées du monde, de I’autre une petite ville plutôt province. Ca ressemble à « Dallas » ou « Dynastie ». Avec, tout à côté, la ville, la base de la N.A.S.A. ou vivent des hommes qui appartiennent déjà à un autre monde… Des hommes tout de même. C’est triste… II a fallu cet accident tragique pour que I’on se souvienne que ces hommes n ‘étaient ni des robots ni des fonctionnaires.” (11)
(…)
“Jean Michel Jarre a travaillé avec son équipe durant plus de neuf mois. Résultat: trente deux faisceaux laser répartis sur les toits des immeubles, huit projecteurs de DCA qui ont coloré les façades, quarante projecteurs de scènes orchestrés par des ordinateurs, sans compter de gigantesques projections animées sur un écran de 12.000 mètres carré.” (12)

[b]:: Sources ::[/b]
(1) La nuit américaine de Jean-Michel Jarre 12 SEPTEMBRE 1986, Le Figaro http://s177414042.onlinehome.fr/ToutJarre/?p=824

(2) Jean-Michel Jarre à Houston 1 SEPTEMBRE 1986, Télérama
http://s177414042.onlinehome.fr/ToutJarre/?p=806

3) Jean-Michel Jarre veut enregistrer son prochain disque dans cette chapelle 1 SEPTEMBRE 1986 (Non sourcé) http://s177414042.onlinehome.fr/ToutJarre/?p=795

4) Pari texan 1 JUIN 1986, Best
http://s177414042.onlinehome.fr/ToutJarre/?p=821

5) Paris TEXAS 1 MAI 1986, Claviers
http://s177414042.onlinehome.fr/ToutJarre/?p=853

6) Rendez-vous avec Jarre 1 MAI 1986, Disc International
http://s177414042.onlinehome.fr/ToutJarre/?p=790

7) Houston à l’heure de Jean-Michel Jarre 9 AVRIL 1986, La Nouvelle République
http://s177414042.onlinehome.fr/ToutJarre/?p=803

8 ) 5 avril 1986 : Houston Texas 8 AVRIL 1986, Disc International
http://s177414042.onlinehome.fr/ToutJarre/?p=785

9) Jean-Michel Jarre a stupéfié les Texans 6 AVRIL 1986 (non sourcé)
http://s177414042.onlinehome.fr/ToutJarre/?p=849

10) Jarre in Houston : un ave pour la navette 5 AVRIL 1986 (non sourcé)
http://s177414042.onlinehome.fr/ToutJarre/?p=792

11) Jean-Michel Jarre et Charlotte Rampling visitent la NASA 1 AVRIL 1986, Télé 7 jours
http://s177414042.onlinehome.fr/ToutJarre/?p=856

12) Un rendez-vous inoubliable! 10 JUIN 1986, Télé Poche
http://jarre-fan.hautetfort.com/archive/2014/03/01/un-rendez-vous-inoubliable-tele-poche-10-06-1986-5275102.html

Nombre de consultations de cet article : 362