Adiescar Chase (2023-24)

Adiescar Chase est née à Bedford au Royaume-Uni (à 74 kilomètres du nord de Londres) il y a 30 ans. C’est dans son dos que sa mère Karen l’a inscrite à un camp d’été “Sound and Music Summer School” au sein de la Purcell School for Young Musician, ce qui a créé de son propre aveu, l’étincelle pour la création musicale. Elle prend des cours de chant avec Kerry Jo Hodgkin et s’implique dans des groupes locaux.

Après avoir obtenu un diplôme de première classe BMus (Hons) en composition à la Guildhall School of Music and Drama en 2017, Adiescar a intégrée la National Film & Television School pour obtenir une maîtrise en composition pour le cinéma et la télévision, début 2021.

Depuis, cette compositrice et multi-instrumentiste travaille depuis Londres sur des séries télévisées, des téléfilms, des courts métrages, des jeux vidéo et des “animes” avec beaucoup de jubilation.

“C’est cette partie de la composition qui consiste à se connecter émotionnellement avec quelqu’un, à le guider à travers une histoire et, pour moi, à exprimer mes émotions à travers autre chose.”

Interview d’Adiescar Chase à la BBC, Août 2023

La première reconnaissance de l’industrie

Adiescar Chase a reçu début 2024 une nomination aux BAFTA Craft Awards pour la meilleure musique originale d’une œuvre de fiction pour sa musique d’ambiance de la série Netflix à succès «Heartstopper», adapté d’un roman graphique d’Alice Oseman, et dont elle a fait la musique des deux premières saisons. La jeune femme se sentait particulièrement “connectée” à la série en raison de sa bisexualité.
Pour la première saison, elle a travaillé chronologiquement au rythme d’un épisode toutes les une à deux semaines, puis envoyait ses compositions multipistes à des sound designers, notamment pour le traitement en son immersif pour les foyers équipés.

Les autres projets d’Adiescar Chase incluent la saison 2023 de la série pour ados «Waterloo Road», qui a été diffusée par la BBC, la musique du drame «Consent» de Channel 4 (2023) sur le thème du harcèlement sexuel des jeunes filles. Cette année 2024, elle a contribué à plusieurs documentaires, dont ceux de la BBC «Sarah Everard: The Search for Justice» (2024), dans lequel le meurtrier d’une jeune femme est un policier ainsi que «Tommy Jessop Goes To Hollywood», (2024) qui met en scène un acteur atteint de Trisomie 21. Elle travaille également avec un autre londonien, Jack Halama, sur des musiques de long-métrages.


La collaboration avec Jean-Michel Jarre (2023-24)

Enfin, elle a participé à l’album de remix Oxymoreworks (2023) de Jean-Michel Jarre. Cet artiste lui parle, car elle raconte qu’ «Oxygène» l’a énormément inspiré dans les paysages musicaux qu’elle voulait elle-même tisser.

Sur ‘Synthy Sisters Take Two’, la jeune femme a créé des voix, ajouté du piano, des cordes et toutes sortes de VST qui font sa marque de fabrique. Ce fut, des deux côtés, une expérience “harmonieuse et joyeuse”. (We Rave you)

Adiescar Chase (au centre) lors des répétitions du concert Bridge from the future, le 12 mai 2024 – Photo de son site officiel.

Le 12 mai 2024, la musicienne a pris part à son concert “Bridge from the future” au cœur de Bratislava, dans le cadre du lancement du Festival Starmus, en tant qu’accompagnatrice musical multi-instrumentiste, aux côtés de Brian May, de Claude Samard et d’un section de cuivres et de choeurs locaux. On l’a vu jouer du violon, de la guitare basse, des synthétiseurs ainsi que du didgeridoo, instrument traditionnel qu’elle a découvert auprès de son oncle en Australie.

Les répétitions ont eu lieu à Paris, avec comme souvent avec Jean-Michel, beaucoup de retouches. peu de temps avant cette performance nouvelle pour elle, elle déclare qu’elle lui “fait peur” mais “l’amuse” en même temps.


Official website : Adiescar.com

Article lu 123 fois