Brian May (2024)

Sir Brian May (NB: à ne pas confondre avec un homonyme compositeur australien de musiques de film) est né le 19 juillet 1947 à Hampton Hill, au Royaume-Uni. Il est le co-fondateur, co-compositeur, chanteur secondaire et guitariste du groupe de rock Queen, composé en 1971 par son ami batteur Roger Taylor, le chanteur Freddie Mercury (décédé le 24 novembre 1991) et le bassiste John Deacon. Le groupe Queen sorte son premier album homonyme en 1973 chez EMI Records, pour cumuler aujourd’hui plus de 300 millions de disques vendus.

Brian May a composé des titres très populaires du quatuor, comme “We Will Rock You” (1977), “Who Wants to Live Forever” (1986), “I Want It All” (1989) et “The Show Must Go On” (1991), entre autres. Son solo de guitare électrique sur Bohemian Rhapsody (1975) apparait régulièrement dans la liste des meilleurs solos de l’histoire du rock, et qui couronne un morceau désigné en 1977 comme le “meilleur single des 25 dernières années” par l’association britannique des professionnels du disque.

Voici un retour rapide sur l’histoire de ce guitariste flamboyant:


La passion des instruments

Musicien très tôt, Brian May commence par le piano et le ukulélé à 5 ans avant de prendre des cours de guitare. A l’âge de 16 ans et pendant presque deux ans, il fabrique avec son père Harold sa propre guitare électrique, la Red Special. Elle est constituée de matériaux de récupération, pour moins de 20 livres sterling. Cet esprit débrouille ne va jamais le quitter. Depuis ses débuts à la guitare, pour frotter ses cordes, au lieu du mediator qu’il estime trop cassant, il utilise une pièce de six pence.

Ses parents trouvent que la musique des Beatles qu’il affectionne n’ont pas une bonne influence sur lui, c’est ainsi qu’il se retrouve bridé, comme il racontera des années plus tard :

“Je n’avais pas le droit d’aller voir les Beatles en concert quand j’étais enfant (…) Mes parents pensaient que les concerts de musique pop n’étaient pas fréquentés par le bon public. Je n’ai donc jamais pu voir en direct le plus grand phénomène du XXe siècle”.

Brian May interview de 2020 à Loudersound.

À mesure qu’il perfectionne son jeu, il aime imiter d’autres instruments avec des effets et des distorsions particulières et un ampli conçu sur mesure pour lui, le Vox AC30 modèle AC30TBX, qu’il pousse jusqu’à neuf ampères et qu’il associe à l’effet d’un Treble Booster.

Sur les albums de Queen, il cultivera son côté multi-instrumentiste en plus de la guitare électrique, dont le ukulele, le piano, le banjo, le synthétiseur, la harpe, le koto jouet à l’harmonium.
En 1983, il fait son seul pas de côté avec Queen avec un mini-album Star Fleet project, fait en collaboration avec d’autres musiciens sous le nom de “Brian May + Friends”, notamment le guitariste virtuose Eddie Van Halen.

En 1985, Queen aborde le Live Aid contre la famine en Ethiopie et la recherche contre le SIDA au Stade de Wembley avec une solide expérience de jouer devant des foules immenses, avec comme record celle de 130.000 spectateurs à Sao Paulo, le 20 mars 1984. Leur performance, visible par 2 milliards de personnes dans plus de 100 pays, et restituée fidèlement dans le film “Bohemian Rhapsody” de 2018, fait encore référence aujourd’hui.

En 1991, suite à la mort de Freddie Mercury, il a fondé le Mercury Phoenix Trust, une association transnationale caritative qui lève encore aujourd’hui des fonds pour aider les victimes du SIDA. EN 1992 et 1998, il fait deux disques en solo, la B.O. du film de science-fiction dystopique d’Alexandre Aja, Furia, en 2000. Dans les années suivantes, il travaille le studio sur les albums de la chanteuse et comédienne anglaise de music-hall Kerry Ellis.


Après la mort de Freddie Mercury

Avec ses deux compères des débuts, mais sans John Deacon, il reforme l’héritage musical de Queen épisodiquement avec deux phases, celle dite “Queen + Paul Rodgers”, avec le chanteur britannique Paul Rodgers (un album inédit en 2008 et quelques lives) et des tournées plus soutenues avec l’américain Adam Lambert depuis 2012 qui s’est fait connaître dans le plus grand télé-crochet du pays en interprétant plusieurs titres du groupe.

Brian May a eu trois enfants de son premier mariage en 1976, avec Chrissie Mullen, dont il divorcera en 1988: Jimmy (1978), Louisa (1981) et Emily Ruth (1987). En 2005, Brian May est décoré du rag de Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique par Elizabeth II. Vegan depuis 2020, Brian May a fait de la défense de la cause animale un des combats de sa vie.
Enfin, depuis 14 mars 2023, il faut l’appeler “Sir Brian May” puisqu’il a été anobli par Charles III à Buckingham Palace.


Etudes en astrophysique et Festival StarMus

Jeune homme, Brian May étudie l’astrophysique au London Imperial College. Il y débute une thèse sur les nuages de poussière du système solaire en 1974 avant que le succès de Queen ne change sa destinée. Des années plus tard, il y revient. Car Brian May décroche un doctorat en astrophysique en 2007. Depuis, il est très impliqué dans la vulgarisation de l’astrophysique et travaille périodiquement avec la NASA.

Après plusieurs rendez-vous manqués et des agendas non conciliables avec son ami Jean-Michel Jarre pour se produire sur scène au Festival de la science et de la musique StarMus, en 2009, puis en 2019, il finissent par partager la scène lors du concert “Bridge from the future” depuis le coeur de Bratislava, devant 100.000 personnes. Il intervient sur 2 titres aux côtés de Jean-Michel Jarre, sur Rendez-vous 2 et “Bratislava Time” alias The Time Machine (celui-ci jouant la harpe laser) et joue une longue section solo basée en partie sur la Symphonie n°9 “du Nouveau Monde”, Mouvement 2, “largo” d’Antonín Dvořák.

Article lu 39 fois