Azancot_1

Daniel Azancot (1979-1992)

Les artificiers Daniel Azancot et Georges Mendez fondent la société Eurodrop (Société Européenne de Diffusion, Représentation et Organisation Promotionnelles) à Saint-Maur-des-Fossés en 1971. Un département “son et lumières” est crée et confié à Gérard Dentelle. Succès oblige, la société déménage bientôt à Choisy-le-Roi.

En 1978, Jean-Michel Jarre et Michel Geiss admirent de la demeure de Croissy sur Seine du compositeur, le feu d’artifice tiré à l’occasion de la Fête de la Carotte. Jarre qui a dans l’idée d’organiser un spectacle pyrotechnique en cadeau de mariage à sa future épouse Charlotte Rampling, dépêche son assistant qui fonce en vélo collecter la carte de visite de l’artificier, un homme trapu avec de grandes moustaches et une queue de cheval qui lui donnent un air de gitan : Daniel Azancot !

Azancot2

Quand la mairie de Paris demande à Jean-Michel Jarre, un concert pour le 14 juillet 1979, le compositeur rappelle Azancot pour intégrer la pyrotechnie à son spectacle multimédia. Celui-ci synchronise le tir à la musique sur la Place de la Concorde. Dès lors, l’artificier sera de tous les méga concerts de Jarre des années 80 : Houston, Lyon, les Docklands, jusqu’à La Défense en 1990. Tout au long de cette collaboration, il perfectionne son travail sur les couleurs, les mouvements, et l’intégration aux autres éléments du spectacle.

Jarre : “C’est rare de trouver quelqu’un qui dans les artifices travaille d’une façon aussi artistique. La plupart du temps bien sûr ils sont branchés sur une sorte d’idée générale artistique, mais lui a vraiment dépassé ça pour trouver des concepts qui aillent avec la musique. Et en plus il y a une idée du clan, de fidélité, avec lui, qui est un aspect très important et qui moi me plaît beaucoup.”

A la mort de Mendez en 1994, Azancot prend les rennes de la société mais vend le département “son et lumières” pour se consacrer exclusivement à la pyrotechnie, notamment pour l’évènementiel alors en plein essort. Il s’associe régulièrement avec le directeur artistique Franck-Luc Dancelme, qui a participé au concert des Docklands, pour concevoir avec lui des spectacles urbains commémoratifs.

Daniel Azancot disparaît en 2008.

Site officiel : http://www.eurodrop.fr

::Participations aux concerts::

  • 1979 – Paris, bleu blanc rouge (La Concorde)
  • 1986 – Rendez-vous Houston
  • 1986 – Rendez-vous Lyon
  • 1988 – Destination Docklands (Londres)
  • 1990 – Paris La Défense
  • 1992 – Swatch the World (Zermatt)

Article lu 960 fois