Moog Minimoog

Moog Minimoog (1971)

Moog Minimoog (1971)Rien que le fait de prononcer son nom évoque déjà une grande partie de l’histoire de la synthèse pour beaucoup de gens … Le Minimoog est un peu aux synthés ce que John Wayne fut aux westerns …

Mais comment devient t’on un mythe à ce point ?? Eh bien c’est très simple : En 1969, la marque de synthé R.A. Moog vend des systèmes de synthèse analogique modulaire. Malheureusement, la taille de ces bestiaux est proportionnelle au son : énorme !!
Je vous laisse imaginer le trip du musicien qui embarquait un Moog 3P (Keith Emerson par exemple) en concert à l’époque, ça ne devait pas se bousculer au portillon pour lui filer un coup de main à transporter les cabines !! Ajoutez à cela les problèmes de stabilité, d’accordage, etc et vous aurez une idée de la joie que ça pouvait être de « jouer du synthé en Live ». De ce fait, ces systèmes touchent principalement des chercheurs ou des musiciens avant-gardistes (Tangerine dream, Klaus Schulze), mais pas la majorité des musiciens d’alors, encore habitués à leurs pianos Rhodes et leurs orgues combos. Fort de ce constat, Bob Moog tente de créer un synthé reprenant l’architecture des modulaires, tout en offrant aux musiciens de l’époque un instrument pratique, fiable et surtout transportable sans mobiliser une armée de légionnaires Russes.

Après 4 versions prototypes, le MiniMoog Model-D est commercialisé. Il s’en écoulera 12000 exemplaires en 10 ans de production (de 1971 à 1981). Le succès ne sera toutefois pas immédiat. Les musiciens d’alors furent un peu déroutés au départ par les termes présents sur la sérigraphie du panneau avant (panneau ayant pour particularité d’être inclinable en 3 positions) mais très vite il sera adopté par les aficionados des systèmes modulaires qui contribueront à la populariser auprès des autres.

Le Mini est monophonique, doté de 3 oscillateurs (dont un peu servir de LFO), d’une section Mixer, du fameux filtre 24db/octave, 2 enveloppes (de type ADS) et d’un VCA, il dispose également d’une entrée audio pour utiliser le filtre sur un instrument externe. D’architecture très simple, il permet pourtant beaucoup. Lorsqu’on parle du Mini, difficile de ne pas évoquer son filtre : rond, doux, chaleureux, redoutablement efficace, ce filtre de type Passe-bas est un des éléments responsable de la signature sonore du Mini et permet de passer d’une sonorité subtilement douce à un son qui casse plus les oreilles que la Castafiore !!

Le Minimoog est réputé pour ses sons de basses, mais il est également capable de Leads savoureux, agressifs, rapeux et il est très fort dans les percussions électroniques et les effets spéciaux (Kraftwerk utilisait un Minimoog pour les FX dans Autobahn)

Comme tout synthétiseur analogique qui se respecte, le Minimoog connait des problèmes d’instabilité et d’accordage au niveau de ses oscillateurs. Certains prétendent que ça rend la machine plus vivante, certes, mais 3 oscillos qui partent en drift pendant un solo, ça peut être un peu gênant (ceux qui ont assistés au concert de JMJ à Marigny le 15 décembre 2007 savent de quoi je parle, le Mémorymoog qui se barre en sucette pendant Oxygène 2, c’est tout ce que l’on veut sauf « vivant » …).

Il n’en reste pas moins que le Minimoog est une machine respectable, bien conçue, versatile et très plaisante à utiliser. Avec cet instrument, Moog a réussi à conjuguer recherche sonore et utilisation Live aisée, ce qui était une révolution à l’époque.

Jean-Michel Jarre n’est pas l’utilisateur le plus connu du Minimoog mais il l’a tout de même mis à contribution à plusieurs reprises, notamment sur Chronologie (la séquence basse de la partie 6 par exemple), Oxygène 7-13 et plus proche de nous, pour l’Oxygène tour. Je constate d’ailleurs avec un certain amusement que la marque Moog est fortement présente dans le set des musiciens (Memorymoog, Liberation & Theremin pour Jarre, Minimoog pour Francis Rimbert, Little Phatty pour Claude Samard, Moog Voyager pour Dominique Perrier) alors qu’à l’époque d’Oxygène seul le Minimoog était sorti et qu’il n’a pas été utilisé sur cet album …

Pour conclure, signalons que le Minimoog existe également en version “virtuelle” comme beaucoup de ses confrères plus ou moins légendaires. Steinberg a sortie le Model-E, Gmedia le Minimonsta et Arturia le Minimoog-V…

Article rédigé par Mr Pitch.

Nombre de consultations de cet article : 576