Chronologie (1993)

Chronologie

Type : album studio | Année de sortie : 1993 | Formats disponibles : LP (import), K7, CD, MD (import) | Edition : Francis Dreyfus Music | Distribution : Sony | Ventes internationales : 4 millions


:: Track-list ::

Chronologie Part 1 – 10:52
Chronologie Part 2 – 6:05
Chronologie Part 3 – 3:59
Chronologie Part 4 – 3:59
Chronologie Part 5 – 5:35
Chronologie Part 6 – 3:45
Chronologie Part 7 – 2:18
Chronologie Part 8 – 5:34
Durée totale : 42:07


Avec ce nouvel album, Jean Michel Jarre revient vers des terres déjà conquises avec Oxygène et Equinoxe. Chronologie, qui est pour son auteur une représentation du temps, est un des albums les plus travaillés de l’artiste.

Cet album aborde différents styles musicaux en mélangeant les sonorités : techno, bal musette, rap et même hard rock avec la présence du guitariste Patrick Rondat. Les vieux synthétiseurs analogiques se mélangent aux synthétiseurs numériques. Si Révolutions était l’album du D50, Oxygène et Equinoxe les albums de l’Eminent, alors Chronologie est l’album du nouveau JD800 de la marque Roland. Ce synthé numérique est exploité à fond pour l’album.

Pendant la phase de composition de l’album, Jean Michel Jarre est contacté par la société Swatch qui s’apprête à sortir la Musicall, une nouvelle montre à alarme. Swatch demande à Jean Michel Jarre d’en composer la mélodie. Le défi est de taille puisqu’elle est limitée à deux tonalités et 15 impulsions. Jean Michel Jarre relève le défi et livre une mélodie aux airs de samba qu’il utilisera à plusieurs reprises dans l’album qu’il est en train de produire. Suite à ce projet, un son et lumière sera donné à Zermat en dans les Alpes suisses dans lequel sera diffusé des préversions de certains morceaux de l’album.

Chronologie donnera lieu à une tournée à travers l’Europe : Europe en Concert rassemblera 650.000 spectateurs en 3 mois de voyage. La pochette est un dessin de Michel Granger retravaillé.

C.Geff et yota7_13

Discuter de cet album sur le forum

Singles tirés de l’album :

Clips (voir les vidéoclips de cette époque)
– Chronologie 4
– Chronologie 4
– Chronologie 2
– Chronologie 8

Concerts affiliés :
Swatch the World
Europe en Concert
Hong Kong

Instruments utilisés :
– Akai MPC-60
– Akai S1000
– ARP 2600
– Boss DR-660
– Cavagnolo CS 20
– Digitech Vocalist
– Electro-Harmonix Talking Pedal
– Elka Synthex
– Eminent 310 U
– EMS Synthi AKS
– Fairlight CMI-II
– Geiss Digisequencer
– Korg 01/W
– Korg 03R/W
– Kurzweil K2000
– Moog Minimoog
– Roland DJ-70
– Roland JD 800
– Roland Jupiter-8
– Roland TR-909

ChronologieCe qu’en dit JMJ:

(01.10.2015 – Noisey) Sur celui-ci aussi, il y a un morceau qui est passé beaucoup à la radio, la partie 4 de Chronologie, mais c’est aussi un album très fouillé. J’ai passé beaucoup de temps sur ce disque.

Avec le recul, c’était vraiment les années 90 avec ce qu’il y avait de pire au niveau du son numérique ! Si j’avais à le remixer, je le remixerais complètement différemment. Aujourd’hui, avec les outils qu’on a, je pourrais le faire sonner beaucoup mieux qu’à l’époque, mais la musique en elle-même, les sons et les compositions, m’étonne toujours. Il contient des choses que j’aime beaucoup. Il y a un travail sur les séquences, les textures. J’aimerais bien le remixer un jour.”

C’était une période difficile les années 90 ?
“Pour la musique électronique oui, pour moi en tous cas. On est partis d’un son analogique extrêmement chaud pour arriver à l’ère du CD, qui était un peu la VHS du numérique. On avait un son qui était étroit, ça a donné des choses super intéressantes c’est vrai, mais ce son très médium ne s’appliquait pas tellement au genre de musique que j’avais envie de faire et pour moi, c’est vraiment depuis 5/6 ans que le numérique peut vraiment rivaliser avec l’analogique. Un peu comme dans le cinéma d’ailleurs. Aujourd’hui, les caméras numériques peuvent enfin se rapprocher du 35mm, même si des gens ne sont pas d’accord, c’est bien mieux qu’il y a une dizaine d’années.”

“Dans Chronologie, il y avait aussi toute cette réflexion sur le temps, ce partenariat avec la marque Swatch et cette complicité avec leur patron, Nicolas Hayek, qui est un fou complet. Je suis allé sampler les usines de montres en Suisse pour avoir tous ces petits sons robotiques. Il me reste encore des banques de sons que je n’ai jamais utilisé, peut-être un jour. C’était une sorte de Terminator miniature.”


Nombre de consultations de cet article : 811