Joe Hammer (1986-1989)

Joseph Hammer, né en 1954 à San Antonio, Texas, est un batteur. Vivant en France depuis 1975, il a travaillé en studio et sur scène avec des artistes comme Jean-Jacques Goldman, Lio, Valérie Lagrange, Nicole Croisille, Hugues Aufray, Michel Sardou, Ronnie Bird, France Gall, Michel Berger, Louis Chédid, Richard Gotainer et Christophe.

Mais c’est surtout son travail avec Daniel Balavoine et Jean-Michel Jarre qui est le plus notoire. C’est aux côtés de Balavoine qu’il se frotte aux instruments électroniques derniers cris, dont le chanteur est friand, et notamment le Fairlight CMI. C’est comme batteur (sur batteries électroniques Simmons) qu’il joue aux côtés de Jarre en 1986 pour les méga-concerts de Houston et Lyon, et en 1988 sur l’album “Révolutions” et les deux concerts sur les Docklands de Londres ; sa dernière apparition aux côtés de Jarre date de 1989, lors de l’interprétation de “London Kid”, pour le centenaire de la Tour Eiffel, dans une émission de Michel Drucker.

Hammer2

Il est devenu responsable de Fairlight France aux côtés de Olivier Bloch-Lainé, dans les studio de La Frette, et a assuré durant quelques années les démonstrations des produits de la marque australienne (notamment les systèmes d’enregistrement direct-to-disk de la série MFX).

::Participations aux albums: :

  • 1986 – Rendez-Vous
  • 1987 – En concert Houston/Lyon
  • 1988 – Révolutions
  • 1989 – Jarre Live

::Participations aux concerts::

  • 1986 – Rendez-vous Houston
  • 1986 – Rendez-vous Lyon
  • 1988 – Destination Docklands (Londres)
  • 1989 – Destination Trocadero

Joe Hammer est décédé le 2 mars 2024, à l’age de 69 ans, en Australie.

Michel Geiss: “Très triste nouvelle. Joe Hammer s’est éteint cette nuit ! Joe était un ami. Je l’avais fréquenté aux studios de La Frette quand j’y allais souvent pour m’occuper de la maintenance des Fairlight CMI. Plus tard, il était parti s’installer en Australie, où il m’avait dit qu’il s’y sentait heureux avec sa famille. C’est lui qui m’avait demandé de réaliser pour son travail sur l’album “Sauver l’amour” de Daniel Balavoine un système de synchronisation entre le Fairlight CMI et la DMX Oberheim (la boîte à rythmes qu’il programmait pour des séances de studio), . Il avait beaucoup travaillé à La Frette avec Olivier Bloch Lainé sur une quantité de productions musicales pour la télévision et pour des films et de la publicité.
Quand il vivait à Paris il m’avait invité à dîner en famille. Et quand j’ai travaillé avec Jean-Michel sur l’organisation musicale du concert de Houston, c’est tout naturellement que je lui ai suggéré le nom de Joe. D’ailleurs, au début du concert, c’est lui qu’on entend prononcer le décompte. Et puis, c’était un enfant du pays. Il était né à San Antonio, à 300 km de Houston. Ensuite Joe nous a accompagnés jusqu’au concert des Docklands.
Joe était un excellent batteur et avait travaillé en studio ou en concert avec les grands noms de la musique française dont il fait partie de l’histoire : Gilbert Montagné, Nino Ferrer, Louis Chedid, Alain Baschung, Hugh Aufray, Barbara, Christophe, Gabriel Yared, Eddy Mitchell, Gilbert Bécaud, Richard Gotainer, Michel Colombier, Michel Jonaz, Françoise Hardy, Johnny Hallyday, Michel Berger, Nicole Croisille, Daniel Balavoine, Françis Cabrel, Chagrin d’Amour, Jeanne Mas, Frida (ABBA), Stéphanie de Monaco, Zachary Richard, Jean-Michel Jarre, Eric Serra, Jean-Jacques Goldman, France Gall, Michel Sardou, mais aussi avec Yes – Jon Anderson, Mick Jagger, August Darnell (Kid Creole), & Peter Gabriel.
Il avait aussi réalisé l’orchestration du défilé de Jean-Paul Goude pour le bicentenaire de la Révolution sur les Champs Elysées à Paris en 1989.
Ces derniers temps, il continuait à produire des audiovisuels en Dolby Atmos dans son studio. J’avais eu une longue conversation téléphonique avec lui récemment, fin 2023, dans laquelle les vieux souvenirs sont revenus, mais aussi nos activités récentes.
J’aimais beaucoup Joe, et je crois que c’était réciproque. C’était quelqu’un de très chaleureux et je ne suis pas le seul à le dire.
Adieu Joe.

Michel Geiss, sur Facebook

Article lu 2743 fois