Janiaud_1c

Jean-Pierre Janiaud (1976-1981)

L’ingénieur du son Jean Pierre Janiaud se fait connaître aux débuts des années 70 dans le studio Vogue, où il mixe notamment les deux premiers albums de Martin Circus. En 1974, il s’associe à Claude Puterflam pour fonder le Studio Gang où bientôt toute la crème de la variété française va se presser : Alain Chamfort, France Gall, et un certain Patrick Juvet qui y fait mixer les albums “Mort ou vif” (1976) et “Paris by night” (1977) dont les textes sont signés Jean-Michel Jarre. Celui-ci, en tant que producteur, participe de près aux sessions.

C’est tout naturellement qu’en 1976 Jarre fait appel aux services de Janiaud pour mixer son concept-album instrumental “Oxygène”. Suivront, “Equinoxe” en 1978 et “Les chants magnétiques” en 1981, le mixage de ce dernier se faisant au tout nouveau Croissy Studio de la résidence cossue du compositeur. Celui-ci lui demandera aussi de proposer un mixage de l’album “Chronologie” (1993) qui ne sera finalement pas retenu.

A partir de là, Jean-Pierre Janiaud va enchaîner l’enregistrement et le mixage des albums des artistes phare des années 80 : France Gall (“Paris-France”, 1980, “Tout pour la musique”, 1981, “Palais des Sports”,  1982, “Babacar”, 1987, “Le tour de France 88”), Michel Berger (“Beauséjour”, 1980, “Théâtre des Champs Elysées”, 1980, “Au Zénith”, 1986, “Ca ne tient pas debout”, 1990), Johnny Hallyday (“Gang”, 1986, “Cadillac”, 1990), et surtout Jean-Jacques Goldman, qu’il a connu avec Tai Phong. Le chanteur investira le Studio Gang pour tous les albums de cette décennie (“Minoritaire”, 1982, “Positif”, 1984, “Non homologué”, 1985, “Entre gris clair et gris foncé”, 1987).

A noter que Janiaud donne aussi régulièrement de la voix parmi les chœurs ; on le voit d’ailleurs dans le clip de la chanson des Restos du Cœur. Il joue aussi parfois des percussions, comme sur “Je commence demain” de Goldman, “Débranche” de Gall, ou “Laura” de Johnny. Il produit aussi quelques artistes, dont le groupe Raft (“Yaka dansé”).

A partir du milieu des années 90, Janiaud devient réalisateur pour la télévision. Il est cité au générique des journaux de 13h et de 20H de TF1, ou dans les émissions “7 sur 7”, “Le droit de savoir”, ou plus récemment “Un jour, un destin” de France 2. Parallèlement, il est toujours l’ingé du son de plusieurs concerts de Johnny (Tour Eiffel 2000, Parc des princes 2003), et partage son expertise audio, comme récemment avec les Daft Punk (“Random Access Memories”). Il se consacre aussi toujours à sa passion de réparer le matériel vintage dans son atelier à côté du studio Gang.

“[Tout a démarré] grâce à Michel Berger, que Claude [Puterflam] et moi connaissions. Très vite, je suis devenu son ingénieur du son personnel, jusqu’à sa mort. France Gall et Jean-Jacques Goldman sont venus se greffer, ainsi que Jean-Michel Jarre. J’ai même fait le chœur sur “Quand la musique est bonne”. On était tous potes. Gang s’est fait un nom assez rapidement. Puis, pour moi, ça a été des tournées avec Johnny pendant 15 ou 16 ans comme ingénieur façade. On a fait Bercy, le Stade de France, la tour Eiffel. Ce qui m’intéressait chez lui, c’était la scène.” (le13dumois.fr 23/07/2015)

::Participations aux albums::

  • 1976 – Oxygène
  • 1978 – Equinoxe
  • 1981 – Les chants magnétiques

Dernière mise à jour le 15.08.2016

Nombre de consultations de cet article : 1334