Rimbert_1

Francis Rimbert (1986-2013)

Francis Rimbert est certainement le plus proche collaborateur de Jean-Michel Jarre depuis une trentaine d’années… Il est né en 1952 dans un petit village de la région parisienne. Le goût pour la musique le prend vers l’âge de 4 ans et il commence à jouer du piano un an après. Quelques temps plus tard, il est autorisé
par le curé à s’entrainer à l’harmonium de son église. Quand il joue lors de la messe du dimanche, il n’hésite pas à transformer certains tubes de l’époque en version classique. C’est là, qu’il rencontre son premier public.

A quatorze ans, il forme un orchestre de bal avec un guitariste et un batteur. Par la suite, il trouve une place de pianiste dans un bar et rencontre Chris Annocque, guitariste et chanteur folk, avec lequel il forme le groupe “Fanchris”. Il possède à l’époque un orgue, un clavier-violon et une boite à rythme. Ils réussissent à s’offrir un magnétophone à bandes “Revox A77” et se lancent dans les recherches sonores. Paralèllement, Francis entre au Conservatoire de Paris où il obtient le premier prix de piano.

Il apprend un jour qu’un magasin de musique d’un style nouveau, Phonorgan, s’ouvre à Paris : on y vend des synthétiseurs. Rimbert devient vendeur démonstrateur pour la marque “Korg”. Dès que le magasin ferme, le duo Fanchris s’y enferme pour étudier ces étranges machines. Son directeur s’aperçoit bien vite que Rimbert est meilleur musicien que vendeur, et lui propose de créer un album avec tous les synthés du magasin. Il l’intitule “Bionic Orchestra” et donne un concert au Théâtre des Champs Elysées.

Tout en restant vendeur, il donne des concerts dans plusieurs villes de France. Il rencontre bientôt des célébrités comme Jean-Jacques Goldmann, Christophe et un certain Michel Geiss, collaborateur de JMJ. Ils deviennent amis. Michel Geiss parle de lui à Jarre et ce dernier l’appelle pour son concert de La Concorde en 1979. Rimbert lui prête et programme des instruments de la marque qu’il représente. A la disparition du directeur de Korg, c’est la marque Roland réclame ses services pour sillonner la France.

Rimbert2

C’est à partir de 1986 que la collaboration avec Jean-Michel Jarre commence réellement : le compositeur fait appel à lui pour rejoindre l’équipe de musiciens pour le concert de Houston. Sa première participation à un album remonte à “Révolutions” en 1988. Depuis 1986, il joue dans tous les concerts de Jean-Michel Jarre et devient en quelque sorte son “bras droit”. A partir du Printemps de Bourges en 2002, il est même le seul musicien sur scène avec le “boss”.

“Je l’appelle “le Boss” par antiphrase. Il ne pique jamais de crise de nerfs, je ne l’ai jamais vu craquer, même à Docklands… On n’a pas le son, on a des problèmes de connexions… Jean-Michel arrive : “Pas de problème, on va te mettre tel synthé, et te le brancher.” Il y a une ambiance super. Jean-Michel respecte chacun, nos façons de travailler, notre humour, notre conception des synthés…”

Musicien et compositeur hors pair, il prend parfois le temps de réaliser des albums personnels. Ainsi, après une dizaine de disques d’illustrations sonores, il compose “Scénario” en 1991, “Double face” en 2005, et “Snap shots” en 2007.

JMJ : “Francis est ma mémoire, il connaît toutes les parties de tous les morceaux que j’ai fait, un grand musicien. Il est aussi très créatif et peut sauver n’importe qu’elle situation.”

::Participations aux albums::

  • 1987 – En concert Houston / Lyon
  • Tous à partir de 1989 – Jarre Live (sauf Geometry of love – 2003)

::Participations aux concerts::

  • Tous depuis 1986 – Rendez-vous Houston, sauf les concerts de 1998 (Fifa World Player 97, France Festival, FNAC Paris, Apple Expo, Nuit électronique)

Article rédigé par Jean-Christophe et Jérôme.

Nombre de consultations de cet article : 1260