Charlotte Rampling, la muse du musicien

Charlotte Rampling, la muse du musicien

Charlotte Rampling est à l’honneur à La maison de la Photographie de Paris pour une exposition de photos jusqu’à la fin de ce mois (Exposition “Charlotte Rampling – Albums secrets” du 27 juin au 26 août – Maison Européenne de la photographie, Paris). Ce projet, qui est porté par une installation sonore de Jean-Michel Jarre, d’ailleurs présent à l’inauguration, scelle la réconciliation publique d’un des couples d’artistes les plus célèbres de l’hexagone et au-delà.

Outre la longévité de leur union (20 ans !), les deux ont nourri les phantasmes du public par leur succès phénoménal chacun dans leur domaine tout en préservant le reflet d’une tribu soudée, bien que recomposée. Et même si la belle histoire s’est terminée il y a 15 ans, le couple fascine toujours, s’il on en croit la célébration médiatique de leurs « retrouvailles »…

Revenons donc quelques instants sur la vie de la plus française des actrices britanniques, à la personnalité à la fois réservée et provoquante, et figure incontournable du parcours de Jean-Michel Jarre.


:: Une éducation stricte, puis des photos de nus…


Tessa Charlotte Rampling est née en Grande Bretagne le 05 février 1946 d’un père (Godfrey Rampling) autoritaire, colonel de l’armée britannique et champion olympique à Berlin en 1936, et d’une mère peintre. C’est lors d’un long séjour à Fontainebleau, où son père est posté, que Charlotte apprend la maîtrise du français dans une école privée chrétienne. Elevée par un militaire britannique et par des religieuses ! On comprend mieux cette certaine distance, voire cette froideur, mais aussi ce côté rebelle, provoquant, qui font partie intégrante de sa personnalité mais qui est aussi sa marque de fabrique d’actrice.

Le cinéma, elle y vient par la petite porte, en tournant d’abord pour des publicités, puis en se faisant remarquer sur quelques podiums de défilés de mode. Son regard félin et sa silhouette attirent bientôt l’œil de photographes de renom, dont Helmut Newton qui signera plus tard la photo du dos de la pochette de l’album “Equinoxe”. Ses premiers rôles marquants sont déjà emprunts du souffre qui ponctue toute sa carrière : “Les damnés” de Visconti (1969), “Zardoz” de Boorman (1974), et surtout “Le portier de nuit” de Cavani (1974) qui lui apporte la gloire.

“J’ai toujours aimé la provocation parce qu’elle me permet de me dépasser. Pas pour que l’on me regarde ou pour choquer, mais pour rester en éveil, ne pas m’endormir et faire avancer les autres aussi. Très vite j’ai été attirée par les sujets difficiles, complexes. Le cinéma n’est pas pour moi un simple divertissement. Il a une mission, une valeur. Je voulais dire des choses importantes à travers mes personnages, même si c’était de façon subliminale.” (Point de vue 03/07/2009)


:: Le coup de foudre ! ::


Début 1976, Charlotte Rampling, 31 ans, vit à Saint Tropez (pour fuir les taxes britanniques !) avec son mari Brian Southcombe, acteur et publicitaire, et leur fils Barnaby, alors agé de 4 ans. Le couple est marié depuis 1972. L’actrice est déjà très célèbre. Elle tourne (donc voyage) beaucoup…

A la même époque, Jean-Michel Jarre, 29 ans, est marié depuis le 20 janvier 1975 à Flore Guillard, attachée de presse dans le monde de l’industrie musicale. Ils ont une fille d’un an, Emilie. Ils vivent à Paris, dans un appartement où Jean-Michel Jarre a constitué un petit studio personnel. Après le succès de ses projets avec le chanteur Christophe, Jarre collabore alors activement à l’album de Patrick Juvet “Mort ou Vif”, en tant que producteur et parolier.

C’est en mai de cette année-là, que la coordinatrice artistique de Juvet, Florence Aboulker, invite l’actrice et le musicien à un dîner à Saint Tropez, au restaurant Chez Nano. Les deux artistes sont mutuellement charmés ! Après cette soirée, Jarre s’effondre dans les bras de Juvet en clamant déjà son impossible amour naissant pour la belle Anglaise…

JMJ : “Nous avons été attirés l‘un à l’autre instantanément. Une certaine complicité existait entre nous et a grandi au cours des prochains jours.” (The Independent 08/08/1993)

CR : “Il était incroyablement charismatique, très fort, très séduisant, très charmant et intelligent, Jean-Michel était magnétique.” (The independent 08/08/1993)

Le musicien l’appelle trois jours plus tard à son hôtel, à Paris, alors qu’elle promeut son dernier film “Adieu ma jolie”. Les deux jeunes gens se revoient et ne se quittent plus tout un week-end durant, enfermés derrière les fenêtres de l’hôtel Lancaster. Charlotte rentre ensuite à Saint-Tropez, mais son mari se doute de quelque chose. Une dispute éclate. L’actrice s’enfuit à Paris.

 CR : “J’étais dans un mariage qui n’allait pas trop bien, Jean-Michel non plus, et très bientôt lors de ce week-end, nous avons réalisé qu’il y avait quelque chose de très fort qui s’était passé entre nous (…) Jean-Michel a été le catalyseur. Vraiment – à partir de ce moment-là, nous avons décidé que nos vies changeraient, et nous avons pensé à comment le faire de telle sorte que ce serait mieux pour tout le monde (…) Vous ne vous vous sentez coupable que rétrospectivement.. Je savais que mon mariage était arrivé au point où nous n’étions pas faits l’un pour l’autre, et Jean-Michel était également arrivé à la même conclusion.” (The Independent 08/08/1993)

Le jeune couple s’installe d’abord chez la mère de Jean-Michel, puis bientôt dans un autre appartement parisien. Quand l’épouse de Jarre quitte finalement l’appartement du XVIème arrondissement où il a toujours son studio, les deux jeunes gens le trouvent vidé de tout meuble, jusqu’aux ampoules électriques !

Les deux tourtereaux affichent très tôt leur relation aux yeux du monde : Rampling, membre du jury du festival de Cannes 1976, évènement mondial s’il en est, est accompagnée de Jarre qui partage sa table et sa chambre au su de tous. Le couple est poursuivi par les photographes…


:: La tribu Jarre ::


Deux divorces seront bientôt prononcés : la même année pour elle, un an plus tard pour lui. Les deux artistes obtiennent la garde de leur enfant respectif, chose rare pour un homme à l’époque ! Un troisième enfant, David, viendra rejoindre la famille recomposée en 1977. Dans toutes les interviews, chacun des deux artistes considèrera toujours avoir trois enfants, et non deux chacun…

Il l’accompagne tous les ans à Cannes. Elle le soutient dans sa musique :

“Je ne saurai jamais d’où la musique vient. Je me demande souvent pourquoi il ne va pas soudainement s’asseoir dans son lit et commencer à chanter ou siffler quelque chose. Il ne le fait jamais. La musique va juste dans sa tête tout le temps. Quand il travaille, il s’enferme en studio pendant des semaines sur la fin. Je n’entends rien jusqu’à ce que le travail ne soit terminé.” (People Vol : 8 No. 23, 05/12/1977)
“Il écrivait de beaux textes. Nous pensions faire quelque chose ensemble. Puis il y a eu le succès d'”Oxygène”.” (Libération 30/04/2002)

Elle est en effet l’une des premières à découvrir ce grand projet d’“Oxygène” que le musicien enregistre pendant l’automne 1976. En écoutant l’album, Charlotte Rampling lui déclare que la particularité de cette musique fera que ce sera ou un échec retentissant ou un succès phénoménal. On connait la suite…

Ils se marient civilement le 7 octobre 1978 à Croissy sur Seine, dans la banlieue parisienne. Ils donnent une réception dans le jardin de leur magnifique maison au bord de la Seine, qu’ils viennent d’acquérir. Parmi les invités, le photographe Jacques-Henri Lartigue et son épouse. C’est lui qui va donner l’envie à Charlotte de se passionner pour la photographie.

“[Le déclic pour la photographie] date de mon mariage avec Jean-Michel [Jarre] en 1978. Les Lartigue étaient là. Jacques-Henri cachait son tout petit appareil et jaillissait soudain : clic-clac ! Les photos sont parues dans Match. Je lui ai dit, fascinée : Je rêve de faire comme toi ! » – « Alors essaie ! » Et il m’a donné un de ses petits appareils. Quand il a vu mes photos, il a simplement lâché « Tu as un œil. Si ça te plaît, continue ! » Et voilà ! J’ai commencé à photographier mes enfants et Jean-Michel parce qu’ils étaient là.” (Paris Match 05/07/2012).

Elle va accompagner son musicien de mari en Chine. Elle devient le témoin photographe de cet évènement du premier musicien occidental autorisé à y donner des concerts. De ce voyage, elle rapportera photos et reportage. Par la suite elle sera aux côtés de Jarre pour tous ses grands projets de méga concerts à Houston, à Lyon, à Londres… prenant une photo ici, faisant la promotion du travail de son conjoint là… Ses clichés seront publiés sur les disques et les livres de Jean-Michel Jarre, sans mélange des genres. Les deux artistes privilégient leur indépendance artistique.

 JMJ : “La relation entre Charlotte Rampling et moi réside dans I’intérêt qu’on porte à nos occupations respectives. Je ne crois pas qu’on puisse faire un couple en ne partageant qu’une toute petite partie de sa vie avec I’autre. Or le travail c’est la moitié, souvent, de votre existence. (…) On partage tout, mais on ne mélange rien, je vais rarement sur les plateaux quand elle tourne, elle ne vient pas en studio quand je réalise. Partager ne veut pas dire perdre son autonomie.” (??? 11/1987)

Les parents dédiés à leurs enfants aménagent leur emploi du temps professionnel en fonction de leur agenda familial. La maisonnée est polyglotte. Charlotte et Jean-Michel élèvent leurs enfants sans autorité immodérée mais fixent les limites. Quelques principes sont mis en place comme l’interdiction de télévision la semaine !

CR : “J’ai essayé de ne pas être directive, ni exigeante. J’ai voulu être présente, autant que le permettait mon travail. Je ne voulais pas être une mère au foyer, mais j’ai tout fait pour avoir une vraie écoute, partager leur vie. J’ai surtout évité de leur imposer mon point de vue.” (Point de vue 03/07/2009)

JMJ : “Charlotte et moi avons toujours considéré que nous devions donner un cadre où ils pourraient être aussi libres que possible, puis d’élargir le cadre au fur et à mesure qu’ils grandissent.” (The Guardian 10/01/2000)

Charlotte met sa carrière entre parenthèses, ou plutôt en pointillés. Malgré les tentatives de séduction d’Hollywood (“Le verdict”, 1982), elle refuse beaucoup de propositions, ou n’accepte que de petits rôles (” Angel heart” d’Alan Parker, 1987). Elle réussit pourtant le tour de force de continuer à marquer les esprits avec des rôles difficiles (“Max mon amour”, 1986). En 1986, elle est nominée aux César pour “On ne meurt que deux fois” de Jacques Deray.

Même s’ils fréquentent quelques célébrités du show business international, les Jarre-Rampling font peu de sorties mondaines. Le couple fait pourtant régulièrement l’objet d’articles et de photos dans les magazines, généralement à l’occasion de projets du musicien. Les deux artistes se prêtent aussi de temps en temps au jeu de partager les plateaux de télévision, comme dans le 13H d’Antenne 2 tourné chez eux en 1987, ou à “Sacrée Soirée” en 1990. Il y aura aussi cette mémorable séquence de l’actrice chantant “Les mots bleus” écrits par son mari à qui elle fait cette surprise et dont l’émotion crève l’écran lors de l’émission “C’est votre vie” en 1994 (voir vidéo ci-dessous).

Le couple tient bon lors des épreuves, notamment lors des périodes dépressives de Charlotte, ces “ombres” qu’elle attribue à la perte non cicatrisée de sa sœur Sarah en 1966 et dont le père lui a forcé à cacher le suicide à tous, y compris à sa mère jusqu’au décès de celle-ci.


:: La rupture… et les retrouvailles ::


Et puis en 1995, les premières lézardes… Jarre est surpris par les paparazzi dans les bras d’une jeune femme. Le couple n’y résistera pas. Monsieur reste à Croissy. Madame s’installe près du Jardin du Luxembourg. Charlotte Rampling, défavorable au divorce, ne l’acceptera finalement qu’en 2002. Son nouvel amour avec l’homme d’affaires Jean-Noël Tassez y est certainement pour quelque chose.

Dès sa séparation d’avec Jarre, la comédienne retrouve les plateaux de cinéma et enchaîne les tournages. Elle reçoit un César d’honneur en 2001, mais surtout elle retrouve le succès notamment grâce à François Ozon avec “Sous le sable” (2000) et “Swimming pool” (2003). Pour l’actrice, ces deux films sont également une étape essentielle du deuil de sa sœur. Son personnage dans le deuxième se nomme d’ailleurs Sarah.

L’actrice assume ses rides et continue de jouer ou de poser sans tenir compte de son image : en 2009, ses poses en héroïne de manga pour le peintre Jacques Bosser ou ses photos de Juergen Teller où elle se montre déambulant dans le musée du Louvre dans le plus simple appareil, prouvent qu’à plus de 60 ans, l’actrice est plus que jamais maître de son bord.

CR : “Je fais partie de la première génération de femmes qui, à 50 ans, peuvent être séduisantes. Une séduction autre, plus profonde, plus mature. C’est la vraie séduction d’une femme en pleine possession de son pouvoir de femme, avec son immense expérience. Pourquoi le camoufler ? (…) Moi, je ne pense pas à mon âge. Je pense à ma vie.” (Psychologies 07/2009)

Presque 20 ans après son interprétation des “Mots bleus”, l’actrice s’essaye enfin à la chanson, son rêve de jeunesse. Elle s’entoure de l’auteur Michel Rivgauche et du compositeur Jean-Pierre Stora. L’album “Comme une femme”, avec les musiciens de Francis Cabrel, sort en 2002. En 2011, elle confie son nouveau disque “Les grains de sable” à la maison de prod’ de Patrick Pelamourgues, l’un des vieux complices de Jean-Michel Jarre.

Cette période marque d’ailleurs le rapprochement de la comédienne et du musicien. En mars 2010, Rampling assiste au concert de Jarre à Bercy. Elle est également présente aux funérailles de France Péjot, la mère du compositeur, en avril. Elle est récemment invitée par le musicien à assister à la remise de son titre d’Officier de la Légion d’honneur le 14 mars 2012 à l’Elysée.

CR : “Je n’ai pas considéré cette séparation comme une rupture. Mon « mode d’emploi » de vie a changé, mais j’ai continué à aimer. Je ne suis pas entrée dans le jeu de la colère ou de la revanche. J’ai pardonné. J’ai choisi ce chemin-là, car personne n’a tort.” (Psychologies 07/2009)

Site web (non officiel) : http://www.charlotterampling.net

:: Vidéos ::

Charlotte Rampling chante “Les mots bleus” à Jean-Michel Jarre : Voir sur YouTube

Nombre de consultations de cet article : 2881