Deserted Palace

Deserted Palace

Type: album studio | Année de sortie: 1973 | Format disponible: LP | Edition: Francis Dreyfus Music | Distribution: Sam Fox | Ventes internationales: inconnues


:: Track-list ::

1- Poltergeist Party – 2:10
2- Music Box Concerto – 2:40
3- Rain Forest Rap Session – 1:37
4- A Love Theme for Gargoyles – 1:10
5- Bridge of Promises – 3:15
6- Exasperated Frog – 0:45
7- Take Me to Your Leader – 1:55
8- Deserted Palace – 2:10
9- Pogo Rock – 1:05
10- Wind Swept Canyon – 8:00
11- The Abominable Snowman – 0:55
12- Iraqi Hitch Hiker – 2:24
13- Free Floating Anxiety – 2:24
14- Synthetic Jungle – 1:35
15- Bee Factory – 0:55
Durée totale : 30:36


En 1971, une commande est passée au producteur Francis Dreyfus pour sonoriser des lieux publics comme des aéroports et des bibliothèques. Il décide de transmettre le projet à Jean Michel Jarre qui vient d’être signé il y a peu par le label Disques Motors.

Jean Michel Jarre compose quinze morceaux pour synthétiseurs de une à trois minutes chacun (excepté un titre qui dure huit minutes) dans un style très expérimental.

Ces quinze morceaux sont réalisés à l’aide d’un synthétiseur EMS et d’un orgue Farfisa. L’EMS VCS-3 utilisé sur cet album est un instrument que Jean Michel Jarre utilise toujours à l’heure actuelle. Instrument fétiche peut-être ? Beaucoup des sons que l’on entend dans cet album ressemblent à ceux utilisés pour la bande originale du film Les Granges Brûlées.

Avant sa commercialisation, le disque est distribué à titre promotionnel dans les lieux où il est diffusé. A noter que ce 33 tours est très difficile à trouver de nos jours.


Discuter de cet album sur le forum


Deserted PalaceCe qu’en dit JMJ:

(01.10.2015 – Noisey) Ce n’est pas mon premier disque, j’avais déjà sorti un single avant qui s’appelait «La Cage» à l’époque où j’étais étudiant. On m’avait demandé, aux Etats-Unis, de sortir un album de musiques de film et j’avais proposé des noms de morceaux assez délirants, j’ai toujours trouvé que donner des titres à de la musique instrumentale a ce côté un peu artificiel, «celui-là on va l’appeler ‘Monolithe 443’», on ne sait pas trop pourquoi et c’est un peu gratuit ! Donc c’était un album délire, totalement artisanal, avec des rythmiques que je faisais dans ma chambre d’étudiants, avec un minimum d’équipement et en même temps des sons électroniques que je piquais au GRM où j’allais la nuit après avoir volé les clés des studio. C’est un disque pirate, en tous les sens du terme, dans lequel on retrouve ce que j’ai fait ensuite.”

Est-ce qu’il a vraiment été utilisé dans des films ?
“Il a beaucoup été utilisé au cinéma, à la télé aussi, aux Etats-Unis, en Angleterre, en France aussi, dans des documentaires. C’est amusant parce que le titre, « Deserted Palace », avec cette pochette architecturale à la Corbusier me ramène à mon obsession de l’époque : Brasilia. Une ville sans habitants, bâtie par Oscar Niemeyer, que je trouvais incroyable, il y avait un côté Metropolis et futuriste. Je voulais livrer une sorte de soundtrack à ces espaces désertés.”


Nombre de consultations de cet article : 487