La jeune génération influencée par Jarre

La jeune scène électro influencée par Jarre

Liste alphabétique : ABCDEFGHIJKLMNOPRSTVWY

Voici la liste de quelques artistes, très divers, (de l’ambient au heavy metal en passant par le classique, de Daft Punk à Roÿksopp, en passant par Tiësto) qui ont mentionné Jean-Michel Jarre parmi leurs modèles ou, plus prosaïquement, leur inspiration à un moment ou à un autre de leur carrière. Cette liste continuera à s’allonger, à mesure, que, sans aucun doute, Jean-Michel continuera à susciter des vocations pour de nouvelles générations de musiciens en général et de claviéristes en particulier.

A

Above and Beyond :
Jono : “Pour moi, Jean-Michel Jarre est l’un des pères fondateurs de la musique électronique. Sa musique a toujours été aussi bien soniquement que musicalement créative, donc quand, enfant, j’ai entendu sa musique, ça a été une des principales raisons qui m’a donné envie de faire de la musique électronique. Jarre a aussi créé le format du grand show pour la performance électronique”. (soundcloud.com 2015)

Acid Washed :
“Déjà, premier souvenir de la pochette qui fait légèrement “flipper”…(À propos d’Oxygène V) C’est le morceau le plus long de cet album (mes parents m’ont bercé avec celui-ci). L’intro me fait penser à du Jean-Sébastien Bach minimal et électronique qui aurait rencontré Walter Carlos au coin de la rue. La fin très Krautrock avec sa rythmique “à la Autobahn de Kraftwerk” est juste imparable. Ce morceau est vraiment le témoin d’une époque. Je le réécoute toujours avec un grand plaisir.” (brain-magazine.fr 15/05/2012)

Aflak :
“Quand j’ai commencé à faire de la musique, j’étais un grand fan de compositeurs comme Jean Michel Jarre.” (moroccoworldnews.com 21/05/2015)

Agoria :
“Je me souviens avoir écouter dans ma chambre dans le noir, avec mes petits spots et un petit stroboscope, “Oxygène” en boucle pendant des heures. Mes parents me disaient : qu’est-ce que tu écoutes ?” (A l’affiche, France 24 06/12/2016)

Air :
Jean-Benoit Dunckel : “Petit, une vidéo d’Oxygène m’avait frappé par la plénitude du son et sa froideur m’avait saisie. C’est le premier musicien qui a eu du succès en réalisant des albums uniquement avec des synthés. Jarre a contribué à une nouvelle sorte d’écoute. Allongé dans son salon. À l’étranger, ses grands concerts lui donnent une image de « grand manitou spatial french seductor ». Sa musique semble déconnectée de toute culture nationale : une variété internationale humaine utopiste.” (GQ magazine)
Nicolas Godin : “Jean-Michel Jarre représente un pionnier de la musique électronique. C’est une source d’inspiration. Quand nous avons participé au mouvement de la French Touch dans les années 90, il avait un peu déminé le terrain dès le départ dans ce style musical. (…) Des nappes de synthétiseurs très reconnaissables et puis l’idée de créer son propre public, son propre style de musique sans avoir forcément à se rattacher à quelque chose qui existait auparavant c’est à dire à créer son propre univers. Comme tous les grands artistes, au bout des 3 secondes, on reconnaît que c’est du Jean-Michel Jarre. En fait, c’est tous ces sons-là qui ne m’ont plus jamais quittés ensuite dans ma carrière.” (Boomerang, France Inter, 02/09/2015)
[NDLR: lire la bio d’Aerozone]

Alister :
“[Jarre c’est] beaucoup de mon enfance. Très important, Oxygène, dans la discothèque familiale, il tournait pas mal le samedi soir – avec la pochette hallucinante de Granger. Et dans “Docteur”, en plus de “Bohemian rhapsody”, il y a aussi du “Rendez-vous 2”. Sans compter que le son de Christophe en 73-75 c’est Jarre, non ? Il suffit d’écouter ce que Jarre a fait pour Juvet à la même époque, et ce qu’à fait Christophe sans Jarre – c’est pourtant un fan du “Beau bizarre” qui te parle.” (Technikart, 30H, Hiver 2011).

Amberian Dawn
Tuomas Seppälä : “Quelques-uns des éléments qie j’ai utilisé sont assez inhabituels dans le heavy metal et il y aura un son frais et nouveau pour Amberian Dawn. Musicalement, ces chansons seront toujours très influencé par la musique classique mais aussi par des compositeurs électroniques comme Jean-Michel Jarre et Vangelis, par example.” (blabbermouth.net 12/09/2015)

Arandel :
“Un album comme Oxygène, dont la parution en 1976, et le succès qu’on lui connaît, changeront (avec un retentissement et un impact bien supérieurs aux Tangerine Dream ou Klaus Schulze, qui lui avaient pourtant bien préparé le terrain) à jamais la face de la musique électronique populaire.” (brain-magazine.fr 15/05/2012)

Frédéric Arbour (créateur du label canadien Cyclic Law Records) :
“Mon intérêt précoce pour la musique électronique vient de mon écoute, enfant, de la cassette de mon père Oxygène. J’ai passé énormément de nuits passionnantes rien qu’en écoutant cette cassette. Plus tard, les paysages sonores plus abstraits de Pink Floyd m’ont également inspiré, de même que le travail de Dead can Dance et d’autres disques qui m’ont donné envie d’explorer ce genre en tant que musiciens.”

Frank Arnold :
“Le berlinois Frank Arnold cite comme principales influences Enigma et Jean-Michel Jarre” (musictalkers.com 25/09/2014)

John Askew :
Question : Quel a été votre premier contact avec la musique électronique et quel est l’album qui vous a influence le plus ?
“C’est une question très difficile à laquelle répondre, parce que ma mémoire est très mauvaise. Je pense que ca a été l’album Oxygène de Jean Michel jarre. Cet album sonne encore magnifiquement et il a été conçu la même année que je sois né.”

DJ Vincent Aze :
Question : Quel est votre plus grande influence musicale ?
“Oxygène de Jean Michel Jarre est certainement la première musique qui m’a fait fondre. Il y a aussi le Boléro de Ravel. Adolescent, j’ai traversé une phase reggae avant de revenir aux mammouths de la musique électronique. Des labels comme Get Physical, Poker Flat, Kompakt, Playhouse sont parmi les gros labels qui produisent de l’a musique sensationnelle.” (www.hkclubbing.com)


B

Bertrand Belin :
“J’ai surtout écouté les disques de mes parents et de mon grand frère. Christophe, Jean-Michel Jarre, Elvis, Gene Vincent, Damia, Ravel… Jeanne Mas (grâce à ma sœur), Bashung, Yazoo…” (francetvinfo.fr 13/10/2014)

Matt Berry :
Question : Quel était le premier concert auquel tu as assisté?
Jean Michel Jarre aux Docklands. C’était la première fois que je voyais quelque chose comme ça et c’était fantastique. C’était un sacré spectacle et très impressionnant pour un jeune de 14 ans. J’ai adoré. Je suis toujours fan aujourd’hui. Ses deux premiers albums sont parmi mes préférés de tous les albums de tous les temps donc il m’influence définitivement. Tout était vraiment très différent pour moi parce que les morceaux n’avaient pas de nom ce qui était très bizarre quand j’étais jeune et il n’y avait pas de chant ce qui était vraiment intéressant. (diymag.com 21/12/2015)

Adam Beyer :
“La première musique un peu électronique que j’ai écoutée était d’un producteur français du nom de Jean-Michel Jarre. Ma mère avait énormément de vinyles et écoutait les Beatles, les Rolling Stones… Mais elle en avait un qui ne ressemblait à aucun autre, celui avec la tête de mort: « Oxygène ». J’ai commencé à l’écouter à l’âge de 5 ans, je me souviens être époustouflé. Je savais qu’il faisait de la musique avec des machines mais je ne comprenais pas vraiment à l’époque mais c’était vraiment bien !” (zyvamusic.com 10/07/2012)

Anton Brejestovski
Question : Quelles sont vos influences ?
“En regardant dans le rétroviseur, je me rends compte que mes goûts musicaux ont changé de nombreuses fois. Très peu de choses – comme les Beatles – m’ont poursuivie depuis mon adolescence. Mon idole dans la prime enfance était Jean Michel Jarre, pour qui je suis tombé amoureux à l’age de 12 ans et adorait tous ses disques.” (prikosnovenie.com)

Allister Brimble (compositeur anglais de musique de jeu vidéo) :
“L’inspiration, dans mes jeunes années, est venue des super musiciens de C64 et de Spectrum : Rob Hubbarb, David Whittaker et Tim Follin. Jean Michel Jarre m’a aussi énormément influencé pendant les années Amiga.” (retrogamereviews.co.uk)

Martin Brinkmann :
Question : Quels artistes ont inspiré votre style ?
Je pense qu’un grand nombre l’ont fait. Pour en nommer quelques-uns en particulier : The Orb, orbital, KLF. Et plus récemment : Pole, Vladislav Delay, et beaucoup d’autres de ce genre « cliqué/coupé ». Et j’ai toujours été un fan de Jean Michel Jarre. Je pense que c’est possible de s’en rendre compte dans mes morceaux les plus expérimentaux.”sur (beatmode.com)

Jake Bugg :
“Je crois que le premier truc que j’ai écouté, cela devait être Jean-Michel Jarre. Je devais avoir quatre ou cinq ans. C’était “Oxygène”, que ma mère avait à la maison sur une cassette vidéo. J’aimais la musique sans paroles à ce moment là. Et j’étais totalement fasciné par le son et ce type avec sa guitare-synthé!” (zik-zag.blog.leparisien.fr 13/01/2013)


C

Troy Cairo (alias DJ Kinky Kyro) :
“Ma plus grande influence est Jean Michel Jarre. Il a commencé à la fin des années 70 avec les synthétiseurs, en donnant une direction électronique au disco.” (amesprogressive.org, 28.05.2015)

Carl Cox :
“Oxygène, c’est de la musique techno à mon humble avis, parce que quand c’est sorti, tout ce que c’était, c’étaient des sons électroniques, tout ce que vous entendiez a été créé par Jean Michel Jarre, d’un point de vue électronique. Et cela vous emporte ailleurs. Quand vous mettez le disque, il ne s’arrête pas, il n’y pas de trous, c’est un chef d’œuvre absolu, du début à la fin. (…) C’est le sommet de ce que nous vivons aujourd’hui, donc s’il vous plait, ne l’oubliez pas.” (Interview à Electrospective, juin 2012)

Chicane (Nick Bracegirdle) :
Question : Quel est votre top 5 de vos morceaux préféré ou plus influents ?
C’est une question impossible mais :
1-Boys of Summer, par Don Henley
2-Oxygene, par Jean-Michel Jarre
3-Chariots of Fire, par Vangelis
4-Athem, par enjoi
5-Is there anybody out there, par Bassheads.” (trance.nu 13/07/2007)
Question : Quelle est la première chanson que vous ayez aimée ?
“Difficile, mais je dirai “Les chants magnétiques” par Jean Michel Jarre”. (sosogay.co.uk 15/11/2014)

Cass Cutbush (groupe Cass and Slide) :
Question : Quels ont été vos influences musicales en grandissant ?
“Oh ! Il y en a eu beaucoup. Une des grosses influences était un producteur (sic) nommé Jean-Michel Jarre. Il a été un des pionniers dans la dance music. Je me souviens qu’il avait l’habitude de ces concerts massifs… Il a été indubitablement ma porte d’entrée dans la musique électronique.” (lunarmagazine.com)

Claude Charnier (groupe Headscan) :
“J’ai baigné dans la musique électronique depuis que j’ai treize ans, c’est alors que j’ai entendu Jean Michel Jarre décrire sa musique comme de peintures sonores. C’était en 1979, l’année où j’ai été initié par un ami plus âgé aux groupes allemands comme Tangerine Dream, Klaus Schulze et Kraftwerk. C’était le coup de foudre !” (www.headscan.ca)

Uwe Cremer :
“Pour “Elfenstaub”, Cremer se tourne vers Jean-Michel Jarre et son fameux « Oxygène ». Il avait particulièrement aimé le mélange entre les sons spatiaux et le rythme de rumba.” (musicinbelgium.net 02/08/2009)

George Christopoulous :
“Le premier morceau de musique que j’ai appris à jouer était “Oxygene 4″ de Jean-Michel Jarre. Je me souviens encore de la joie que je ressentais après avoir réussi à apprendre quelque chose par moi même…” (areyouthereason.com)

Cryo (Groupe scandinave) :
Question : Quelles sont vos influences en musique électronique ?
“Mes trois plus grandes influences sont Jean Michel Jarre, Kraftwerk et Front 242. Si je devais être coincé sur une ile déserte avec un seul disque (et bien sûr, un magnétophone), je pense que je choisirai l’album Equinoxe par Jean Michel jarre. J’ai toujours eu une faiblesse pour les bonnes lignes de basse, et la plupart de mon travail créatif commence avec cet élément vital”. (Interview par TekNoir).


D


Daft Punk :
Question : Quelles sont vos influences dans ce que vous faites du côté électronique? Y a-t-il des noms en particulier qui vous viennent à l’esprit?
Guy Manuel De Homem-Christo : “Un grand nombre d’entre eux dans les années 70, quand ça a commencé. Mais je veux dire, Kraftwerk a été très influent. Et peut-être plus proche de nous, en France, l’album Oxygène de Jean-Michel Jarre.”
Question : Quand est-ce que vous avez entendu Oxygène en premier?
Guy Manuel D
e Homem-Christo : “Je pense que nous étions tout petits. Nous étions bébés. C’est peut-être pour ça que c’est en nous depuis que nous sommes nés.”
Thomas Bangalter : “C’est cette musique que nous aimons.”
Guy-Manuel
De Homem-Christo : “Les parties d’Oxygène sont appelées Oxygène parties “I”, “II”, “III” et “IV”, et la partie 2 est peut-être moins connue. Mais j’aime vraiment son côté classique et cela aurait pu être fait de nos jours, en un sens.” (npr.org 14/06/2013)

Dancers wanted (Ruf Dug) :
“J’aime Tangerine Dream et Jean Michel Jarre, il est ma raison d’avoir acheté un D-50”. (skiddle.com 07/07/2015)

Danger :
Question : Et Jean-Michel Jarre, c’est pour la harpe laser ou le concert en bas des pyramides d’Egypte ?
“Oui c’est vrai qu’il a un côté kitsch rigolo, mais surtout c’est pour les synthétiseurs. Je suis un amoureux du son kitsch des synthés de cette époque, du fait de leur naïveté caractéristique. Dès que les synthés ont commencé à raffiner leurs harmoniques, on a perdu un truc intéressant. Même la façon de composer de Jarre avec des mélodies simples et naïves sans trop de notes me touche.”
Question : Ton disque de chevet ?
“Oxygène, de Jean Michel Jarre” (trendsperiodical.fr 09/07/2015)

Maxime Dangles :
Question : Peux-tu nous expliquer comment tu t’es mis à écouter de la musique électronique ? Quels ont été les premiers sons que t’ont donné le déclic ?
“Depuis toujours avec maman qui écoutait Jean Michel JARRE puis ensuite la DANCE des années 90 et puis vient ensuite LE FAMEUX BAR LIVE comme beaucoup de jeunes de la région je pense !” (lemonsound.com)
Question : Quel est ton premier souvenir de musique électronique ?
“Sans hésiter, Jean-Michel Jarre, l’album Oxygene. Ca me rappelle plein de souvenirs d’enfance : je revois ma mère en train de les écouter en faisant le repassage ! C’était le son qui tournait chez moi, peut-être que si elle avait écouté autre chose j’aurais aimé autre chose, je ne sais pas. Ce qui me plaisait, musicalement, c’était les sons de synthétiseurs, c’est d’ailleurs surement pour ça que je les aime autant aujourd’hui.” (bassandthecity.com 11/2014)

Julien Brambilla (aka Danton Eeprom) :
“A 10 ans, j’ai acheté un jeu d’hélicoptère (…) et il y avait une cassette d’Art Of Noise offerte avec. Je n’ai pas compris grand’chose, mais ce fut ma première introduction à la musique électronique. J’ai découvert Jean-Michel Jarre dans mes années pré-adolescentes. Donc oui, je savais qu’il y avait des gens qui faisaient ça, mais pour moi, c’étaient des grands”. (brain-magazine.fr 04/02/2014)

Taylor Deupree :
“La musique électronique est véritablement née de la new wave des années 80. Les groupes que j’écoutai étaient tous plus ou moins électroniques. Quand j’ai eu 13 ans, mes parents m’ont offert “Autobahn” et j’écoutai beaucoup de Jean Michel Jarre à cette époque. J’étais aussi le produit de la première génération de jeux vidéos. Ma famille avait un des premiers ordinateurs (un TRS-80) que je pouvais programmer et je passai de nombreux week-end dans des salles de jeu d’arcades.” (12k.com 2006)

Djedjotronic :
“Quand Djedjotronic a commencé la musique en 2007, avec un premier EP et une tournée aux côtés de Popof sous le nom de Wee-Kids, il était déjà mordu. L’artiste français a vendu son âme à 9 ans lors de sa première écoute d’un album de Jean-Michel Jarre”. (Source Tsugi, 14/06/2016)

Andy Duguid:
Question : Andy, peux-tu nous parler de ton parcours dans la musique ?
“J’avais dix ans quand je m’amusais avec un vieux clavier. J’avais l’impression de m’y faire très facilement. À l’âge de 11 ans, j’ai acheté l’album Images de Jean Michel Jarre et à partir de là, ma passion n’a fait que grandir et grandir !” 365mag.com)
“J’ai commencé jeune. Dès 92 quand on m’a donné mon premier clavier. Je l’ai pigé très rapidement. De là, je suis entré dans les sons de Jean Michel Jarre et depuis, pour moi, ça a été une obsession ces 22 dernières années.” johnmig.co.uk 09/05/2014)


E

P. Errine :
“Ma première rencontre avec Jean Michel Jarre c’était quand j’avais 15 ans. Je commençais à me passionner pour le support vinyle. Je les trouvais dans des brocantes le mercredi midi, où j’allais après les cours. Mais j’avais surtout la fâcheuse habitude d’en voler à ma mère. En fouillant j’ai trouvé Équinoxe, un disque qui date de la fin des années 70 je crois. Je l’ai surtout volé à cause de la pochette que je trouve superbe. Aujourd’hui, je l’écoute encore, c’était un de mes premiers disques de musique “électronique”.
J’ai toujours trouvé sa présence dans le paysage musical français assez rassurante. Quant à mon travail, je pense que des groupes comme Kraftwerk et Grauzone ont eu plus d’influence, mais l’album Équinoxe a sûrement fait évoluer doucement mes goûts de la cold wave vers des sonorités plus électroniques. J’en garde un souvenir très pur, et je trouve que c’est toujours aussi moderne aujourd’hui.
Son influence sur la scène électro ? Il doit avoir un rôle à jouer et je trouve qu’aujourd’hui, il démocratise un peu le genre, il représente plutôt un style hybride de pop electro. En revanche, tout le travail autour du “design sonore” qu’il a fait pour France Info est pour moi assez pertinent, je crois que ça montre bien l’évolution et la place de la musique électronique en France.” (le Petit bulletin Lyon, Novembre 2016)

 


F

Flarup :
“Sans aucun doute la légende de la musique électronique Jean Michel Jarre a été ma plus grande inspiration de tous les temps. En grande partie du fait de sa capacité de travailler avec des visions.” (theuntz.com 13/02/2015)

Franck Fricker :
“Quand elle m’attendait, ma mère écoutait du Jean-Michel Jarre et du Pink Floyd. Je pense que ça vient de là…” (lemessager.fr 27/02/2014)

Fuck Buttons :
Andy Hung : “Qu’est-ce qu’on peut dire d’une légende comme Jean Michel Jarre? C’est un pionnier de la musique électronique qui a amené sa forme d’art à un tel niveau que je doute qu’il n’y ait jamais quelqu’un qui puisse s’en approcher. Peut-être qu’un jour, nous jouerons avec des gants pour jouer d’un synthétiseur à laser, mais pour l’instant, il y a JMJ pour faire ça à notre place.” (self-titledmag.com 13/06/2014)


G

Laurent Garnier :
“Jean-Michel Jarre, c’est quelqu’un qui bossait avec des claviers, avec plein de choses comme ça. (…) Ce qu’il faisait il y a vingt ans, c’est un peu ce qu’on fait nous, aujourd’hui”. (Plus vite que la musique, M6, 08/01/2000)

Joachim Garraud :
“Je suis très fier d’avoir été le premier producteur extérieur à avoir travaillé pour Jean Michel Jarre. Travailler avec lui a été une de mes expériences professionnelles les meilleures. Sur le plan humain, Jean Michel est devenu un ami. Pendant les dix mois d’enregistrement j’ai vécu dans sa maison de Croissy jour et nuit.” (Interview par Glenn Folkvord)
“J’ai été follement amoureux de Jean-Michel Jarre, de Kraftwerk et ces gens qui faisaient de la musique électronique, avec des synthétiseurs à l’époque.” (joachimgarraud.com)
“Une grosse partie des bases de la musique électronique vient de son travail qu’il a initié à partir de 1972. C’est bien de rendre à César ce qui est à César et de faire le lien avec la nouvelle génération.” (lejdd.fr 26/05/2010)
“Je pense que maintenant qu’on est sur scène, il faut qu’on fasse du spectacle. J’ai beaucoup appris avec Jean-Michel Jarre car j’ai eu la chance de produire quelques spectacles avec lui: c’est un maître en matière de scénographie. J’ai donc essayé de trouver comment la musique électronique pouvait être représentée d’un point de vue visuel.” (leprog.com 05/2015)
[NDLR: lire la bio d’Aerozone]

Gesaffelstein (Mike Lévy) :
“Sa musique est dans l’inconscient collectif. C’est un classique de la musique électronique. (…) Quand j’ai commencé à faire de la musique je suis allé regarder vers un peu les pionniers de la musique électronique pour m’intéresser surtout au travail des synthétiseurs et à la technologie de l’époque et comment ça fonctionnait, donc forcément je suis tombé sur Jean-Michel Jarre, Kraftwerk…” (YouTube) [NDLR : lire la bio d’Aerozone]

JM Glover(compositeur et artiste multimédia) :
“J’admire vraiment des artistes comme Jean Michel Jarre. Je ne me sens pas influencé par lui musicalement, mais je me sens en symbiose avec sa façon de travailler et ses pensées. Je ne me considère pas comme un musicien, mais comme un artiste. Alors, selon moi, Jarre est probablement le meilleur artiste authentique d’aujourd’hui. Je pense que nous partageons la même possibilité de visualiser le concept général des choses.” (interviewé en 2000 par Glenn Folkvord)

Anthony Gonzales (M83) :
“Je me souviendrai toujours être âgé de sept ans et regardant cette émission de télévision qui présentait un spectacle de Jean Michel Jarre. Je dois dire, ce fut un véritable choc. Il semblait si beau. Il était entouré par les synthés et les lumières et l’air si pittoresque, comme un vaisseau spatial. Ce fut la première fois que j’ai réalisé que la musique pouvait être si puissante et depuis lors, j’ai eu cet amour pour les synthétiseurs et la musique électronique.” (theskinny.co.uk 27/09/2011) [NDLR : Lire la bio d’Aerozone]

David Guetta :
“C’est quand même un monument, ce mec là. C’est une légende vivante.” (Thé ou café, France 2, 2007)

Tolga Gurpinar :
“J’aime Jarre et Björk (…) Jarre parce que sa musique est si expressive. (…) J’ai composé la pièce de musique “The lonely Seagull of the Deserted City” comme un clin d’œil à l’album Oxygène de Jarre.” (interview de 2000 par Glenn Folkvord)

Gus G. :
“J’apprécie aussi Jean-Michel Jarre, je suis ouvert d’esprit.” (rocknroll.blog.leparisien.fr 12/05/2014)


H

Urs Heckmann :
“Je me suis intéressé aux synthétiseurs aussi loin que je puisse m’en souvenir. EN 1978, le générique de la version allemande de Space: 199 était un morceau de Jean-Michel Jarre (NDLR: Oxygène II). Ca a été l’étincelle initiale qui m’a donné le virus, cela a mis quelque chose en mouvement chez moi qui s’est finie en obsession totale pour les synthétiseurs, alors j’ai acheté plusieurs synthétiseurs numériques dans les années 80.” (Source: Music radar)

I

Jamie McDermott (The Irrepressibles) :
“Avant, je ne connaissais que les disques de ma mère : Queen, Tangerine Dream, Kate Bush, Jean-Michel Jarre, que j’adorais tous. Après les leçons de piano, j’aimais aller au bord de la mer, où j’avais des visions de musique et de vaisseaux spatiaux. Je composais des symphonies dans ma tête.” (lesinrocks.com 10/03/2010)


J

Etienne Jaumet :
“Ce qui me touche le plus chez Jean Mi, c’est son approche du son. Je sais que ses compositions sont critiquables, mais malgré tout, sa musique a plus compté pour moi comparé à celle de plein d’artistes électroniques importants dans mon éducation musicale. Son statut de précurseur en France, lorsque les premiers instruments électroniques sont apparus, lui a ouvert les voies de la reconnaissance médiatique. C’est donc les premiers sons électroniques que j’ai pu entendre petit… Et j’aime toujours autant les sons qu’il utilise…” (brain-magazine.fr 15/05/2012)


K

Kate Boy :
“Nous sommes très inspirés par les sons électroniques des années soixante et soixante-dix et de quelle manière ils pouvaient mélanger l’organique et l’électronique. Des pionniers comme King Crimson, Peter Gabriel and Jean-Michel Jarre sont des composants très importants de la boite à inspiration de Kate Boy.” (thedebrief.co.uk 29/04/2015)

Inigo Kennedy :
“Dès les années 1980, j’ai été davantage attiré par les machines pour faire de la musique que par les gens qui en faisaient. C’était pour moi naturel d’écouter de la pop synthétique à cette époque, du Jean-Michel Jarre etc., pour les machines qu’ils utilisaient. Et lorsque tu possèdes enfin la tienne, tu deviens fou.” (traxmag.fr)

Ketil Lien (alias Wim) :
Je ne peux pas dire combien de fois j’ai écouté Oxygène. C’est réellement une musique intemporelle. Ma préférée de toujours. (source)

Jewel Kid
Question : Peux-tu partager avec nous ton top 5 personnel de morceaux ?
1: DJ Rolando – Knights of the Jaguar
2: Cerrone – Supernature
3: Jean Michel Jarre – Oxygene Part 4″
(djnewsmag.com 29/08/2011)

Kn1ght :
“La première fois que j’ai entendu du Jean-Michel Jarre… ma vie a changé !” (raptorizer.com 22/05/2015)

Kosme :
« Jean Michel, c’est mon inspiration “électronique” à la française ! L’un de mes premiers vinyls ! C’est un avant-gardiste, qui a su impulser de la créativité à une époque où tout était à construire. C’est quelqu’un qui a su perdurer dans le temps et se dépasser année après année, ses shows sont toujours incroyables ! » (le Petit bulletin Lyon, Novembre 2016)


L

Little Dragon :
Håkan : “Je ne sais pas pour les autres mais moi j’ai écouté Jean-Michel Jarre durant toute ma jeunesse donc c’est certain qu’il m’a influencé. Il m’a donné l’envie d’avoir mon propre studio et de faire de la musique.” (villaschweppes.com 02/06/2014)

Little Boots :
“Jean-Michel Jarre est une telle légende dans la musique électronique et il est tellement authentique pour elle, il est tellement passionné. Et nous ne sommes pas incroyables, nous avons besoin de gens comme lui pour nous faire aller de l’avant. Nous partageons le même amour, non seulement de la musique électronique, mais d’essayer de la visualiser et de la rendre plus grande que simplement audio et de lier l’écoute d’un son avec une sorte d’interprétation ou de manifestation de lui.” (Track story, 31/08/2015) [NDLR : Lire la bio d’Aerozone]


M

Mark J :
“Jarre est toujours à l’avant-garde et prouve que le talent est toujours un ingrédient essentiel pour déplacer la foule. Je me souviens encore la première fois que j’ai vécu son son enfant il y a 30 ans. Tard dans la nuit, couché dans mon lit, éveillé pendant des heures, en permanence à l’écoute à ses morceaux sur mon Walkman.” (thesun.co.uk 05/05/2016)

Timo Maas
“[Jean-Michel Jarre] est autre légende que j’ai rencontré il y a quelques temps…. Probablement la plus grosse influence pour moi et le pourquoi je fais ce que je fais…” (instagram.com timo.maas, 23/11/2017)

Quentin Mosimann :
“En tant que musicien autodidacte, il a grandi à la recherche d’artistes comme Jean-Michel Jarre, Daft Punk ou Laurent Garnier, pionniers qui l’ont aidé à façonner son propre son et son identité.” (quentinmosimann.com)

Jeff Mills :
“Son univers a toujours été une source d’inspiration”. (Trax 186, octobre 2015)

Moby :
“Jean-Michel Jarre a fait découvrir la musique électronique à des millions de personnes. Quand j’ai entendu “Oxygène” pour la première fois, j’ai eu l’impression que ça venait d’un autre univers. Et en voyant la pochette de l’album, je me suis dit “c’est quoi çà ?” car c’était un son et une esthétique à dix mille lieux de du monde dans lequel je vivais. (…) Tout à coup, cette musique électro-futuriste venue d’Europe, de France, est entrée dans ma vie et ça a changé mon regard sur le monde.” (Un voyage à travers le son, Arte, 19/09/2015) [NDLR : Lire sa bio sur Aerozone]

P.Moore :
“L’album Oxygène en 1976 : je n’ai pas encore dix ans et c’est LE premier véritable choc musical ! Je n’y connais pas encore grand chose, mais je sens bien qu’il se passe “un truc”… Mis à part quelques singles, ce doit être là le premier album d’une longue collection ! Sa musique donne une image assez datée, très 70’s à vrai dire. Mais comme il s’agit d’une période très prolifique artistiquement parlant, son apport ne peut être que réel. Je pense que les précurseurs de la scène électro lyonnaise de l’époque (dont je fais partie) ont tous l’âge pour avoir grandi en écoutant JMJ, donc — même inconsciemment — cela a dû jouer un petit peu dans l’essor actuel. Mais ce n’est pas la principale raison ! Son concert à Lyon a certainement dû influencer nos futurs goûts en matière de fêtes aux scénographies (son, lumières, vidéo) poussées et novatrices.” (le Petit bulletin Lyon, Novembre 2016)

Murcof (Fernando Corona) :
Question : En étant né au Mexique, qu’est-ce qui vous a permis de découvrir la musique électronique et développer votre intérêt pour cela ?
“J’ai grandi près de la frontière à Tijuana, au Mexique, et c’était inexistant. J’étais obligé de traverser la frontière pour m’informer à propos de cette musique et acheter des disques. Je pense que l’album qui m’a vraiment introduit à la musique électronique est Oxygène de Jean Michel Jarre. À l’époque j’avais 10 ou 11 ans et un ami de mon père m’a donné le disque. Après ça, je me suis demandé quels autres musiciens faisaient des choses similaires.” (barcodezine.com 2008)


N

Kristian Nairn :
“Je suis fondu de musique électronique, basée sur du synthétiseur. J’aime des artistes comme Jean-Michel Jarre, Lindstrom, Todd Terje, Vector Lovers, Nathan Fake…” (alligator.org 19/02/2015)

Nobson (DJ et producteur parisien) :
“En ce qui concerne la musique électronique, l’album Oxygène de Jean-Michel Jarre m’a beaucoup influencé. J’ai alors commencé à composer de l’électro ‘Ambient’, psychédélique et planante, d’ailleurs le groupe Pink Floyd m’a beaucoup inspiré à mes débuts dans la composition électro, leur sonorités m’impressionnaient et m’impressionnent toujours!” (Source: Radio VL, 2016)


O

The Orb :
Alex Paterson : “J’étais un jeune adolescent et je pensais à l’époque qu’il était une version française de Kraftwerk. Pendant que nous enregistrions un énorme morceau sans cesse croissant à South London, JMJ faisait son spectacle dans les Docklands à East London. Nous sommes allés au parc local et nous avons pu voir ses visuels, et ils étaient étonnamment, vivement expressifs à une échelle gigantesque. Nous avons été très impressionnés !” (spin.com 07/04/2016)

OZGA (Producteur trance) :
“Je dois tant aux débuts de la musique électronique, aux pionniers de la techno comme JMJ!” (Compte twitter)


P

Peaches :
“Jean Michel Jarre a définitivement joué un rôle énorme dans l’élaboration de la musique électronique de la même façon que quelqu’un comme Wendy Carlos ou Giorgio Moroder” (Track story, 16/03/2016) (Lire sa bio sur Aerozone)


R

DJ Pierre Ravan :
Question : Premier disque que vous ayez acheté ?
“Oxygène de Jean Michel Jarre” (www.gulfnews.com 26/01/2012)

Andrea Remondini :
“Les albums de Jean Michel Jarre Oxygène et Equinoxe, je les considèrent toujours comme des albums de synthétiseurs indépassables, malgré toutes les avancées technologiques”. (underthegunreview.net 07/08/2014)

Thony Ritz :
“Je fais de la musique depuis que j’ai à peu près 8 ans. Je me suis mis au piano et un peu au synthé car j’étais fan de Jean-Michel Jarre et je voulais faire pareil.” (lemediateaseur.fr 07/09/2010)
Mon père a remplacé le piano par un synthé car il avait remarqué mon goût prononcé pour ses disques de Jean-Michel Jarre. De là, je me suis formé tout seul à la musique electro…” (mps-magazines.com 09/2010)

Rodriguez Jr (Olivier Mateu) :
“J’étais un grand fan de Jean Michel Jarre quand j’étais jeune, donc pour moi tout est connecté, les lumières, les visuels, la musique. Je ne veux pas faire ce qu’il a fait, mais je pense qu’il est bon de connecter ces choses ensemble”. (skiddle.com 03/11/2015)
“Etant un gamin français, [Equinoxe] était le tout premier premier contact que j’aie eu avec des sons électroniques. J’ai emprunté le vinyle de la collection familiale et j’ai été immédiatement accroché par les lents paysages sonores en constante évolution. Envoutant. J’adore cette torsion du romantisme français dans la musique de Jarre.” (theransomnote.co.uk)
Question : Le premier morceau sur vinyle, cassette ou CD que vous vous rappelez avoir acheté ?
“Rendez-Vous de Jean-Michel Jarre en 86. Un tel choc émotionnel quand je l’ai entendu pour la première fois à la radio française. Depuis, je n’ai jamais cessé d’être fasciné par les sons électroniques.” (redbull.com 13/12/2016)

Rone (Erwan Castex) :
“J’ai beaucoup de respect pour lui. C’est un pionnier, un peu notre Kraftwerk à nous”. (Source)
“Mon premier souvenir de musique électronique a été “Oxygène” par Jean Michel Jarre. Je me souviens avoir entendu ce morceau quand j’avais à peu près 8 ans… Je voulais vraiment avoir ce disque pour mon anniversaire mais je ne savais pas de qui c’était donc je l’ai siffloté à des vendeurs  dans plusieurs magasins de disque avoir de le trouver finalement.” (deathandtaxesmag.com 03/11/2012)

Roÿksopp :
Svein : “On fait souvent l’éloge de Yello, Art of Noise, Depeche Mode et Kraftwerk, et évidemment Jean-Michel Jarre, Vangelis. Jean-Michel Jarre a été une influence énorme pour nous pendant notre enfance et adolescence. Les trois ou quatre premiers albums, Oxygène, Equinoxe…”
Torbjørn :“Zoolook est pas mal aussi ! Et le morceau “Computer Weekend” dans Révolutions.”
Svein : “Et un peu de Rendez-Vous aussi. La musique électronique d’aujourd’hui ne serait pas comme elle est sans lui. On l’a rencontré il y a quelques temps et on lui exprimé notre amour pour sa musique. Il nous a retourné le compliment sur notre musique et sur Senior. Et ce n’est pas quelque chose qui est sorti de son assistant, il avait effectivement le contrôle de la chose et a montré une connaissance profonde en terme de musique électronique. Cela faisait plaisir à entendre. En terme d’influences, je pense qu’il a été maltraité et c’est juste dommage”. (nowplaying-mag.com 11/2014)


S

Seal Bass :
“J’ai entendu pour la première fois de la musique électronique dans l’album Equinoxe de Jean Michel Jarre que mon père avait acheté.” (blogs.dallasobserver.com 11/2014)

Si Begg :
Question : Quels ont été les premiers morceaux qui ont suscité un intérêt pour la musique électronique?
“Tout d’abord, Oxygène de Jean Michel Jarre. Mon cousin a mis mon oncle dedans du fait que c’était un compromis que toute la famille était heureuse d’écouter. Donc, en vacances, grâce à une belle chaîne hi-fi, à l’âge de 7 ans environ, j’étais là “c’est quoi ça ?” Je baignais alors dans la science-fiction, c’était juste parfait.” (theuntz.com 25/05/2017)

Bob Sinclar :
“Le maître Jean-Michel Jarre”. (Instagram)

Snakestyle (Matt Embleton) :
“J’ai commencé à jouer des bongos quand j’étais très jeune. J’ai eu un pss keyboard pour un de mes anniversaires, ensuite un Yamaha sh-10, puis un Yamaha dd10 drum machine, et ensuite on m’a offert un vinyle d’Oxygène de Jean Michel Jarre quand il a été réédité en 1986. A partir de là, j’ai toujours voulu faire de la musique électronique. Le côté rythme et percussion de moi-même était inspiré de Pink Floyd et Jimi Hendrix, et le côté claviers par tout ce qui été électronique.”

René Splinter :
“Dans ma jeunesse, la télévision diffusait des émissions consacrées à la musique pop. Un jour, en 1977 – je devais avoir 7 ou 8 ans –, ce fut au tour de Jean-Michel Jarre d’être invité. Ses machines, ses lumières, ses câbles, tout était étonnant dans sa prestation, et bien sûr, je n’avais jamais rien entendu de pareil. Il s’agissait d’Oxygène. Cette expérience m’a marqué. Au point que j’ai tanné ma mère pour qu’elle me laisse jouer de la musique comme lui.” (smazars.blogspot.rs 10/05/2014)

Soul designer (Fabrice Lig) :
“Jean-Michel Jarre est un pionnier dans la recherche musicale et sonore, toujours animé par la volonté de propager les musiques électroniques” (mediathecaire.wordpress.com 15/12/2012)


T

Sébastien Tellier :
“Oxygène est l’un des albums les plus importants de la musique française. Il est aujourd’hui une immense référence pour moi et les musiciens du monde entier. Les sons, la composition et la production de ce disque sont, encore maintenant, les symboles d’un futur plus beau, plus pertinent.” (www.brain-magazine.fr 15/05/2012) [Lire la bio d’aerozone]

Chloé Thévenin :
“J’ai beaucoup aimé l’album Oxygène, qui est un album qui m’a beaucoup marqué. Je me rappelle être beaucoup allé sur le site internet de Jean-Michel Jarre à une époque où il avait un site où il mettait tous ses synthés, il mettait un peu des détails sur chaque synthé.” (Musique Industrie, Le Figaro 07/11/2017).

Tiësto (Tijs Verwest)  :
“J’aimerais absolument jouer aux Pyramides d’Egypte, où Jean Michel Jarre a joué le jour de l’an 1999. Je suis souvent comparé à lui et j’en suis toujours flatté.” (contactmusic.com 06/05/2007)

The Light Dreams (Alex Storer) :
“Mon père serait jouer des albums tels que l’Oxygène de Jean-Michel Jarre ou Tubular Bells de Mike Oldfield. Par rapport à l’autre musique que je audience à l’heure dans les années 1980, ces albums instrumentaux expérimentaux étaient plus que juste de la musique – ils étaient une expérience. Il a vraiment envoyé mon imagination ailleurs.” (shorelineofinfinity.com 15/11/2015)

The Shoes :
Benjamin Lebeau : “Quand j’ai eu dix ans, mon grand-père m’a offert un clavier Bontempi. Je m’entraînais à jouer le tube de Jean-Michel Jarre qui passait à la radio. C’était de la musique new-age, atmosphérique, il était le premier à faire ça en France. Les spectacles qu’il a donnés, même s’il faisait parfois preuve de mauvais goût, c’était du jamais vu et, encore aujourd’hui, personne ne l’a égalé en la matière. C’était énorme et fondamental. C’est un pilier de la scène électronique.”
(lalibre.be 19/10/2015)

Jean-Sebastien Truchy :
Question : Si vous aviez carte blanche pour jouer avec le groupe de vos rêves, quel serait-il ?
Cette question est compliquée… Il y a tellement de noms qui viennent à l’esprit. Mais je dois l’avouer, Sun Ra aurait été amusant, en effet. Et, sinon, Jean-Michel Jarre. (rte.ie 11/10/2014)

Turtle (Jon Cooper) :
“La première chose qui m’a vraiment inspiré c’était Jean Michel Jarre – Oxygene et Mike Oldfield – Tubular Bells à l’âge de 11 ans. Leur approche de la composition multi couches et leur utilisation de la mélodie et du rythme a fortement influencé ma musique.” (radarmagazine.se 04/02/2014)

Romain Turzi :
“Depuis quelques années Jean Michel Jarre va et vient sur ma platine me fournissant par moment des bouffées d’inspiration et de créativité qui le place en génie et moi en admirateur. Mais il a aussi cette facilité à tout pouvoir détruire en un titre ou un déhanché sur scène… J’aime pourtant tous ses albums car ils témoignent à chaque fois de générations de sons différentes, caractéristiques d’une époque avec cette constance d’arrangements classiques”. (brain-magazine.fr 15/05/2012)
“Il y a un voyage en van vers Copenhague, où Arthur et moi on a découvert « Oxygène IV » sous MDMA, mortel. Et lorsque Jarre a rejoué « Oxygène » en 2007 avec le matos d’époque au théâtre Marigny – alors que Khadafi avait sa tente juste derrière – j’ai trouvé ça fabuleux.” (gonzai.com 08/10/2011)


U

Uner :
“Toute la musique que mon père m’a ramené de ses voyages m’a beaucoup inspiré, en particulier la musique électronique. C’est quand j’ai découvert [Jean-Michel] Jarre que j’ai décidé de me consacrer à cette musique. Je fais de la musique électronique grâce à ses «Chants magnétiques», le premier album que j’ai eu grâce à mon père.” (thebanginbeats.com 13/09/2016


V

Armin van Buuren :
“Jean Michel Jarre était un des pionniers de la musique électronique à un moment où elle ne s’appelait ni trance ni EDM encore. Dans les premiers temps le synthétiseur était vu comme l’instrument du diable et sa musique n’était pas considérée comme de la musique. Avec des albums comme Oxygène, Equinoxe et Zoolook, Jean Michel a atteint un public très large et a ouvert beaucoup de portes pour la musique avec du synthétiseur. Cette possibilité a posé les bases de ce qu’on appelle aujourd’hui la dance. De plus, Jarre est aussi le pionnier quand il s’agit de prestations publiques devant un grand public et de techniques comme la vidéo-projection.” (arminvanbuuren.com 06/2014)
“1976 est aussi mon année de naissance et l’année où Jean-Michel Jarre a créé son album Oxygène, qui, évidemment a influencé mon album fortement”. (dancemusic.about.com 13/11/2015) [NDLR : Lire sa bio sur Aerozone]

Ben Vedren :
Première rencontre avec l’électronique à un très jeune âge, par un biais que d’autres n’auraient pas forcément revendiqué, mais que Ben dévoile sans gêne.
“C’était un concert de Jean-Michel Jarre au château de Versailles. Les synthés, ces écrans géants, la science-fiction, j’ai immédiatement connecté”. (tsugi.fr 25/09/2014)

Israel Vines
“Maman avait un exemplaire d'”Oxygene” de Jean Michel Jarre. Je l’ai écouté encore et encore. (…) J’étais simplement fasciné par la pochette et je n’avais aucune foutue idée quelle genre de musique c’était ce que j’écoutais.” (blog.subsekt.com 30/04/2013)

Vitalic :
“Alors que je jouais du trombone, j’avais dit à ma mère que plus tard je voulais être Jean Michel Jarre. C’était une évidence que j’allais venir à la musique électronique à un moment ou un autre”. (20min.ch 01/06/2013)
“[La musique de JMJ] m’inspire parce qu’elle me suit depuis mon enfance, parce qu’elle est riche et universelle. J’y suis sensible parce que les mélodies, les arrangements et les textures sont incroyables. Aussi parce qu’elle a évolué avec son temps, avec la technologie. (nicolaskern.fr 16/03/2010)
“J’ai été influencé par la musique de Jean-Michel Jarre. Enfin, surtout les albums Oxygène et Equinoxe. Tu réécoutes aujourd’hui la “Part” d’Oxygène, c’est un morceau que je trouve encore complètement dingue. Il ne sonne pas daté. C’était avant-gardiste à l’époque et ce son a traversé les époques ! Pendant longtemps, il était interdit de dire qu’on aimait Jean-Michel Jarre. Cela relevait du mauvais goût. C’était plus chic de citer Kraftwerk. Mais je revendique son influence.” (greenroom.fr 13/12/2016)

VNV Nation :
Ronan Harris : “Dans les années 70, j’étais dingue quand “Oxygene” de Jean Michel Jarre est sorti. Parce que “Oxygene” et “Equinoxe” étaient novateurs.” (ebm.gr 16/12/2012)


W

Erik Wøllo :
“J’ai toujours eu une grande sensibilité à la musique et aux rythmes. J’ai commencé à écouter plus en profondeur la musique quand j’avais 10 à 12 ans, époque à laquelle je débutais la guitare. A ce moment-là, c’était de la guitare rock, comme Led Zeppelin, Deep Purple, Pink Floyd, Yes et Focus. Et bien sûr, énormément de musique électronique. En particulier les premiers albums de Jean Michel Jarre.” (electronicshadows.net 2005)


Y

Yuksek :
“J’ai découvert Oxygène dans la discothèque de mes parents et j’ai trouvé la musique à peu près aussi angoissante que la pochette. Jarre, c’est une grosse pierre à l’édifice des musiques électroniques…”


Z

Hans Zimmer :
“Quelle que soit l’année à laquelle “Oxygène” est sorti, c’était la première fois que j’entendais la musique de Jean-Michel. Evidemment, instantanément, j’en suis tombé amoureux parce que c’était exactement la musique que j’adorais. C’était complètement révolutionnaire bien sûr. Et c’était évidemment le bon moment. Il a complètement capté l’air du temps. Et il était une influence majeure pour moi. Je ne crois pas qu’il y ait aucun musicien électronique qui n’ait pas été influencé par lui.” (Track story, youtube.com, 25/05/2016)


Dernière mise à jour le 31/07/2017

Nombre de consultations de cet article : 997