Zoolook

Type : album studio | Année de sortie : 1984 | Labels originaux : Disques Dreyfus (France), Polydor (International) | Formats physiques : LP, K7, CD | Ventes globales : 2 millions


:: Track-list ::

1- Ethnicolor – 11:40
2- Diva – 7:33
3- Zoolookologie – 3:43
4- Wooloomooloo – 3:18
5- Zoolook – 3:51
6- Blah-blah café – 3:21
7- Ethnicolor II – 3:53
Durée totale : 37:19


Nouveau choc dans le monde du disque. Pour ce nouvel album Jean Michel Jarre change totalement de style et de registre. Zoolook est comme un hommage au premier instrument de musique : la Voix.

Après de nombreux voyages à travers le monde, Jean Michel Jarre secondé par l’ethnologue Xavier Bellenger, sélectionne des langues parlées ou chantées et les a remodelées à sa façon grâce au Fairlight que Jean Michel Jarre a commencé à utiliser dans son précédent album. Certaines voix ont même été transformées en sons de percussions.

Ainsi sur cet album 25 langues différentes sont utilisées !
Aborigène, afghan, arabe, balanais, buhndi, sara, chinois, anglais, eskimo, français, gabonais, allemand, hongrois, indien, japonais, malgache, malaisien, pigmée, quechua, russe, sioux, espagnol, suédois, tibétain, turc.

Pour cet album, Jean Michel Jarre fait appel à pas mal de musiciens américains comme Marcus Miller (bassiste dans l’orchestre de Miles Davis).

Jean-Michel Jarre : “J’ai eu un problème pour intégrer, dans un univers entièrement fait d’emprunts comme celui de Zoolook, la basse de Marcus Miller qui apportait un élément beaucoup trop brut. Nous avons dû, avec Frederick Rousseau, sampler la basse de Marcus, la retraiter avec le Fairlight pour avoir une évocation de basse, au lieu d’une basse réaliste. Les fréquences des sons de synthé sont bien plus pauvres que les fréquences acoustiques. Le collage des deux produit souvent un décalage qui ne fonctionne pas.” (Extrait de Synthélégrammes)

C’est aussi sa première collaboration avec Laurie Anderson (qui assure les voix dans Diva). Jean-Michel livrait à l’époque l’épopée de la conception de cet album hors normes:

Jean-Michel Jarre : “Au départ, j’ai travaillé sur les voix, que j’ai manipulées des tas de façons différentes avec des noise gates, le Fairlight, le vocoder. Ensuite, j’ai rajouté les basses rythmiques, et j’ai commencé à travailler rythmiquement sur les voix, et à composer les morceaux mélodiquement, harmoniquement. Ensuite, j’ai demandé à Frédérick Rousseau de sélectionner des studios à New York et à Londres pour l’enregistrement et le mixage. J’avais rencontré un an auparavant l’ingénieur du son Daniel Lazerus, qui a produit Donald Fagen et c’est lui qui m’a aidé à contacter les musiciens à New-York. On a principalement travaillé au Kinton Studio qui est probablement un des meilleurs studios actuels. Les musiciens ont joué sur les maquettes ou les bases rythmiques qui existaient déjà, avec la Linn. J’ai mixé le tout avec David Lord, qui est le producteur du dernier Peter Gabriel, et qui connait bien le Fairlight. A New York on a rajouté des tas d’éléments, certains acoustiques pour doubler les parties de synthé. Le mixage définitif a été commencé à Londres au studio Trident, mais ça ne s’est pas trop bien passé pour des raisons techniques. Finalement, on est retourné à Paris avec David et on a pratiquement tout remixé dans mon studio de Croissy, qui s’est avéré être un des meilleurs studios, en particulier sur le plan de l’écoute ; il a été conçu par Jean-Pierre Lafont.” (Extrait de Synthélégrammes)

Cependant malgré de très bonnes critiques et de nombreuses récompenses (voir ci-dessous), l’album n’a pas le succès escompté. La faute au changement trop brusque de style qui a dérouté les fans.

Zoolook est le premier album de Jean-Michel Jarre paru sur CD dès sa sortie. La réédition de l’album de 1985 contient des versions remixées de Zoolook et Zoolookologie et leur ordre est inversé. (lire aussi les remixes de JMJ)


::Instruments::
ARP 2600 | Eminent 310 U | EMS Synthi AKS | EMS Vocoder 1000 | E-MU Emulator | Fairlight CMI-II | Garfield Electronics Doctor Click | Geiss Matrisequencer 250 | Linn LinnDrum | Linn LM-1 | Moog 55 | Oberheim OB-Xa | Sequential Circuits Prophet 5 | Simmons SDS V | Yamaha DX7

::Discographie française originale::

Album
– 1984 – LP : FDM 18118 | K7 : FDM 40 18118 | CD : FDM CD-18118
Label Disques Dreyfus, mastering Dyam, distribution CBS

Singles & clips
– 1984 – Zoolook – voir le clip
45T : FDM 16027 | EP : FDM 12 16027
– 1985 – Zoolookologie – voir le clip
45T : FDM 16029 | EP : FDM 12 16029

> Voir aussi : L'ensemble des clips de 1981-85 sur Aerozone

::Ventes & Récompenses::

Jean-Michel-Jarre_farilight-1985
Ventes estimées France : 90 000 (source chartsinfrance.net)
Grand Prix de l’Académie Charles Cros 1984.
“Meilleur album de variété instrumentale” aux Victoires de la Musique 1985.

Jean-Michel Jarre : “Aux états-unis, Keyboard Magazine considère  Zoolook comme le meilleur album instrumental de l’année, ne me laisse pas indifférent. Les réactions d’artistes que je ne connaissais pas m’ont conforté. Cyndi Lauper, Mick Jones de Foreigner, Mick Jagger, et Toto notamment.
François Kervakian, I’ingénieur du son de Jagger, d’Eurythmics, et des Thompson Twins, a appelé le bureau en demandant la permission de remixer I’album ! II voulait remixer certains passages pour lui. En fait, les professionnels ont réagi à ce disque. Et leur avis m’a beaucoup touché. ” (Extrait de Guitare et Claviers n°59)


ZoolookCe qu’en dit JMJ:

(01.10.2015 – NoiseyJ’aime beaucoup ce disque. Le concept était de faire un album vocal mais sans paroles, sans chanteur, tout avec le Fairlight, où les voix, un peu à la manière du beatbox, rempliraient le rôle des instruments, au niveau des rythmiques, des basses et des arrangements habituels. Donc je me suis pas mal baladé dans le monde pour récolter des tas de sons, aucun des mots n’étaient pris pour leur sens mais pour leur qualité phonétique.

J’ai pris aussi bien des sons du Burundi, d’Afrique, que des sons piqués à la radio russe, aux discours politiques chinois ou américains, et puis aussi dans les pubs, avec quelques invités, comme Laurie Anderson, que j’aime beaucoup et qui participe d’ailleurs à mon dernier album, Electronica.

Elle a fait énormément de recherches et ouvert plein de portes sur la manière de trafiquer le son, c’est une grande innovatrice donc elle y avait sa place ; Adrian Belew aussi, qui a joué avec des tas de gens, comme King Crimson, Brian Eno, David Bowie, très axé recherche sonore à la guitare ; et puis Marcus Miller, le bassiste de jazz, dont j’ai resamplé tout le jeu, et il a accepté. D’habitude, on travaille avec Marcus Miller parce qu’il a un son incroyable… Là, il le savait dès le départ, ça l’a fait marrer et il a bien aimé.

C’est probablement l’album qui contient le plus de samples. Il est sorti en même temps que My Life in the Bush of Ghosts de Brian Eno et David Byrne, ce sont deux disques charniers dans la musique électronique, qui a ensuite évolué vers le sampling, le trafic des voix, qu’on a retrouvé plus tard dans le hip-hop et l’electro.

> Lire aussi : L’interview du fan Elf sur Zoolook


Jarrecast spécial Zoolook par Stany Balland (Voir tous les épisodes plus des covers sur son site)


Discuter de cet album sur le forum

Article lu 1868 fois