bio-partie-1

Biographie partie 1 (1948-1971)

Première partie de la biographie. 1948-1971 : Du rock à la musique savante.

bio-01-france-pejot-jean-michel-jarre1948 – Jean Michel Jarre nait le 24 août à Lyon et grandit dans le vieux quartier de la Croix-Rousse. Sa mère France Pejot – une grande résistante de la deuxième guerre mondiale- fût arrêtée par les allemands à plusieurs reprises et emprisonnée dans un camp pendant une année. Son père Maurice Jarre, est musicien et compositeur de musique de films, notamment celles de Docteur Jivago et Lawrence d’Arabie. Le jeune Jean Michel sera fortement influencé par l’esprit inventeur de son grand-père (qui est à l’origine de la première table de mixage et du premier tourne-disques Teppaz) qui habitait dans le quartier de Perrache à Lyon.


1953 – Maurice Jarre s’installe aux Etats-Unis et y fera carrière. Le lien père/fils en sera alors très affecté, si épisodique que Jean Michel Jarre déclarera plus tard : “Ma relation avec mon père est restée longtemps une suite de rendez-vous manqués.”
Jean Michel Jarre s’applique devant un piano très tôt et mêle études musicales et scolaires. Pour son dixième anniversaire, sa mère l’emmène dans un club de jazz lyonnais, Le chat qui pêche où il rencontrera en musique de grandes pointures telles que Chet Baker, Don Cherry ou John Coltrane. Jean Michel Jarre en gardera une émotion profonde.


bio-01-jean-michel-jarre-dustbins-des-garcons-et-des-fillesAnnées 60 – C’est l’explosion du rock ! (Ray Charles, Elvis Presley, les Shadows…) Jean Michel Jarre crée son premier groupe de rock, les Mystères IV, avec quelques amis. Il en créera un autre par la suite : les Dustbins. Pendant cette période Jean Michel Jarre se passionne pour la peinture abstraite comme celle de Pierre Soulages et Hans Hartung. Il exposera ses premières toiles dans des galeries. Jean Michel Jarre obtient son bac à 16 ans et poursuit ses études (en sciences politiques et sciences économiques) jusqu’à obtenir une licence de lettres (thèse de littérature comparée entre le Faust de Goethe et celui de Berlioz).


1968 – Jean Michel Jarre rencontre Pierre Schaeffer, un des fondateurs de la musique concrète et directeur du G.R.M. (Groupe de Recherche Musicale). Ce centre de recherche intéresse l’artiste au plus haut point si bien qu’il l’intègre en 1969 et commence à expérimenter plusieurs techniques de collages de bandes, d’électroacoustique et de synthèse électronique encore au stade de développement auprès de l’homme qui lui apprend a traiter les sons comme des notes sortant d’un instrument. Il compose ses premiers titres La Cage et Erosmachine en s’introduisant clandestinement la nuit dans le laboratoire du G.R.M.


1971 – Après le GRM. Jean Michel Jarre quitte le G.R.M. avec en tête d’appliquer différemment les techniques qu’il a acquises. Il réalise les bruitages électroniques du groupe pop Triangle. Dans le même temps il écrit la musique du ballet Aor à l’occasion de la réouverture de l’Opéra de Paris pour l’inauguration du plafond de Chagall. Cette musique très expérimentale est l’occasion pour Jean Michel Jarre de mettre en œuvre les techniques apprises au G.R.M. Il édite son premier 45 tours La Cage chez Pathé Marconni qu’il vendra à 117 exemplaires.


> Lire la suite de la biographie

 

Nombre de consultations de cet article : 624